Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2010

Union pour la Méditerranée : le sommet annulé

Prévu initialement le 21 novembre prochain, le second sommet de l'Union pour la Méditerranée vient d'être reporté sine die.
Pour le député européen socialiste Vincent Peillon, qui reste chargé du suivi de l'UpM par la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, il s'agit tout d'abord d'"un échec retentissant pour la diplomatie du Président Sarkozy" qui, mêlant précipitation et inconstance, a réussi "à abimer une bonne idée", mais il s'agit aussi d'un "revers pour l'Europe, incapable de parler d'une seule voix et de mettre les moyens à la hauteur de ses ambitions". Vincent Peillon revient toutefois sur la nécessité de "ne surtout pas baisser les bras face aux difficultés" : "renoncer à la tâche historique de rapprochement des deux rives de la Méditerranée n'est pas une option." "Le repli sur soi serait une faute politique lourde car, si le Sud a besoin de l'Europe, il ne…

La CFTC aperçoit une renaissance de l'Europe sociale !

Le Parlement européen a voté "à l'arraché" (327 pour - 320 contre) une résolution visant à porter dans l'ensemble de l'Union le congé maternité à 20 semaines. Il n'en fallait pas plus à la  CFTC (syndicat des travailleurs chrétiens) pour crier victoire face à la "renaissance de l'Europe sociale". Dans un communiqué, Jacques Voisin, Président confédéral et Pascale Coton, Sécretaire générale adjointe confédérale en charge du dossier, indiquent que  "depuis longtemps, la CFTC revendique la prise en compte, par nos gouvernements et par l'Union, des premiers mois de la vie comme temps privilégié pour la mère et pour l'enfant".
Pour la CFTC, la situation des femmes qui pour beaucoup enchainent toujours travail salarié et tâches ménagère rend nécessaire l'accès à un congé maternité digne de ce nom. Dans une Europe vieillissante, la priorité doit être donnée à une politique familiale forte et dynamique, et ce afin d'assurer a…

La Turquie veut ressembler à la Norvège !

Les négociations relatives à l'adhésion de la Turquie à l'UE vont bientôt s'achever et sont entrées dans leur étape cruciale.  Le ministre turc des Affaires européennes, Egemen Bagis, a annoncé mercredi dernier à Bruxelles que l'Union européenne allait trancher cette question.  Les coûts engendrés par l'adhésion ou le refus d'adhésion devront être évalués avec justesse. Le ministre, présentant les possibles alternatives à l'intégration européenne, a illustré ses propos avec la situation de la Norvège : bien que ce pays ne fasse pas partie des États membres, celle-ci a des relations très étroites avec l'Union.  La Turquie pourrait accepter une telle coopération mais refuse la proposition d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy d'" un partenariat privilégié ", un statut dont M.Bagis estime qu'il " n'existe pas ".  Quant au refus des négociations par certains pays, parmi lesquels Chypre et la France, le ministre turc l'…

Consommateurs : l'UE abandonne l'idée d'Action collective

La Commission européenne a décidé d'abandonner l'idée du recours collectif en droit européen. Réagissant à cette annonce, faite par Madame Reding, le député européen belge Marc Tarabella, en charge de la protection des consommateurs, a indiqué que cette non-possibilité d'action collective représente "une carence absolue pour le consommateur"!.  Intervenant à l'assemblée de Strasbourg, l'eurodéputé a assuré : "La non-possibilité d'action collective est une carence absolue en droit européen! Chaque année, ce sont des milliers de citoyens qui sont lésés. Les raisons de l'abandon des travaux de madame Reding sont une négation des droits des consommateurs!" Dans des dossiers parfois retentissants, une majorité de consommateurs lésés pris individuellement peuvent en effet "faire une croix sur le moindre recours... De nombreux opérateurs profitent largement de cette impunité".  En l'absence de possibilité de recours collectif, &qu…

L'Europe des villes... et de la jeunesse

Prospective : Loin des péripéties et des polémiques politiciennes à "courte vue", certains services de l'Union Européenne continuent à travailler sur les perspectives à l'horizon 2020.
Une conférence s'est tenue le mardi 14 septembre à Bruxelles, sur le thème " Plus urbain, plus de cohésion: la valeur ajoutée de la dimension urbaine de la politique de cohésion ", avec pour but de montrer l'importance des villes dans la dynamique de l'Union.  Cette conférence a permis, selon la lettre du Mouvement européen France, Europe Midi,  de mettre en lumière la nécessité, pour la future politique de cohésion, de couvrir l'ensemble des régions et de travailler  avec les villes.  La Présidence belge de l'UE, l'Intergroupe URBAN du Parlement européen ainsi que Johannes Hahn, Commissaire européen chargé de la Politique régionale, se sont tous prononcés en faveur "d'un rôle central des villes dans la  future politique de cohésion"Une…

Tziganes : la politique française inquiète le gouvernement roumain

C'est un peu le retour du berger à la bergère : alors qu'avant la chute du mur de Berlin l'une des principales critiques faites aux pays de l'Est était leur traitement des minorités, c'est aujourd'hui au tour de la Roumanie d'exprimer sa préoccupation sur le sort des Roms en France. Dans sa livraison quotidienne, Europe Midi indique que Teodor Baconschi, ministre roumain des Affaires étrangères, se dit préoccupé par la situation de la minorité rom en Europe. " J'exprime mon inquiétude sur les risques de dérapage populiste et de générer certaines réactions xénophobes sur fond de crise économique " a déclaré le ministre. Cet ancien ambassadeur en a appelé à la conscience des européens : " si nous échangeons des accusations ou nous criminalisons à titre collectif des groupes ethniques, nous ressuscitons des souvenirs parmi les moins plaisants ". Invoquant l'excellence des relations franco-roumaines, M. Baconschi a surtout insisté sur…

Dans "Dé-paysements", Aziliz Gouez questionne les européens sur leur identité

 Temps privilégié de réflexion et de lectures, les vacances permettent de quitter l'environnement familier. La revue en ligne Notre Europe propose de revenir sur un thème qui a pris dernièrement un tour crispé et polémique dans nombre de pays européens : celui de l'identité.
Montée en puissance de la Lega Nord en Italie, du Jobbik en Hongrie, du PVV aux Pays-Bas, de la N-VA en Flandres : c'est avec un succès manifeste que les tenants du nationalisme et les partisans d'une refonte du pacte de solidarité collective ont abordé les rendez-vous électoraux de cette année 2010.  Le dépaysement que ces prédicateurs de l'entre-soi se proposent de conjurer est celui des autochtones, des citoyens racinés, qui ne se sentent plus "chez eux". Pourquoi l'espace transculturel est-il si difficilement représentable dans l'Europe d'aujourd'hui ? Dans son étude intitulée Dé-paysements, Aziliz Gouez se livre à un examen pénétrant du dangereux décro…

FAQ : LYonenEurope.com, un site d'actualité sur "l'Europe à Lyon, Lyon dans l'Europe"

LYonenEurope.com est un site d'information et d'actualité sur les relations entre l'Europe (et ses institutions) et la métropole lyonnaise. Il fait partie du groupe LYonenFrance.com, société indépendante dont l'adresse est 3, rue Tramassac 69005 Lyon, RCS Lyon 50302440800018. 
Particulièrement bien référencés par les principaux moteurs de recherche d'actualité, et surtout Google News , les articles de LYonenFrance traitent de :



- Société, avec le site LYon-Actualites.fr
- Culture, loisirs et tourisme, avec les pages "Panoramas" - Education, avec le site ALYonZenfants.fr.
- Politique, l´actualité de Lyon et du Grand Lyon, accessible sur LYon-Politique.fr.
- Economie, un rendez vous avec les entreprises et les secteurs de la formation, du tourisme et de l´emploi dans le Grand Lyon avec le site LYon-Economie.fr.
- Environnement, et le suivi , avec LYon-Nature.fr, de l’ actualité dans ce domaine.
- Europe, en lien avec LYonenEurope.com.
- Sports : que ce soit au nivea…

Le Parlement européen encadre la prise de risque des banques

Le Parlement européen vient d'adopter à une très large majorité (625 voix pour, 28 contre et 37 abstentions) des exigences parmi les plus strictes du monde sur les bonus des banquiers. Au cours de la dernière session, les euro-députés ont renforcé les règles sur les fonds propres des banques.  Il s'agit de  faire face aux risques résultant des activités de négociations et de leur exposition à des titres particulièrement complexes.  Mettre un terme aux incitations excessives à la prise de risque   Deux ans après le début de la crise financière mondiale, ces nouvelles règles strictes sur les bonus  devraient  transformer la "culture" des banquiers et mettre un terme aux incitations excessives à la prise de risque . D'après la députée Arlene McCarthy, cette prise de risque excessive et l'octroi des bonus à court terme ont en effet "joué un rôle catastrophique pour l'économie mondiale et pour le contribuable, qui en a fait les frais".  Pour la député…

Terrorisme, Sylvie Guillaume satisfaite du nouvel accord Swift

En février 2010, le Parlement européen s'était indigné de l'opacité qui avait entouré la négociation de l'accord sur le transfert vers les Etats Unis de certaines données bancaires. Ce  jeudi 8 juillet, le même parlement a adopté, par  484 voix contre 109, le rapport Alvaro concernant le nouvel accord SWIFT. Le nouvel accord détaille les conditions du transfert de certaines données bancaires stockées par l’entreprise SWIFT au Département du Trésor américain dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Pour l'euro-députée socialiste lyonnaise Sylvie Guillaume, si le premier accord "portait des atteintes inacceptables aux droits des citoyens" européens, le nouveau texte est "plus équilibré".
Une autorité indépendante pour superviser les données transférées aux Etats Unis Parmi les avancées, la député européenne note par exemple  la restriction des transferts exclusivement à des fins de lutte contre le terrorisme, une limitation raisonnable de la durée …

Stages : pour Génération Précaire, c'est l'Europe qui montre la voie !

Le Parlement européen a adopté le 6 juillet 2010, à une très large majorité, le rapport de la benjamine du Parlement européen et députée du Groupe des Verts/ALE, Emilie Turunen, sur "la promotion de l’accès des jeunes au marché du travail, le renforcement du statut des stagiaires, du stage et de l’apprenti"

L'organisation non gouvernementale "Génération-Précaire", auditionnée dans le cadre de la préparation de ce rapport, a fait savoir qu'elle "se félicite de cette avancée et espère que la Commission se saisira rapidement de la question pour produire des recommandations".
L’Europe permettra peut être d’avancer sur un sujet sur lequel le gouvernement français traîne les pieds. Depuis sa création il y a 5 ans, Génération-Précaire alerte sur les conditions de l’insertion de la jeunesse, marquée par un taux de chômage qui atteint en France 29% des jeunes actifs et une pauvreté supérieure de 50% à la moyenne.  Le développement exponentiel des stages en…

Un Eurodéputé Belge s'en prend à Nicolas Sarkozy

"L’Europe des politiques n’est plus l’Europe des citoyens" : c'est ce qu'a déploré le député européen - et ancien ministre de la jeunesse - belge Marc Tarabella dans une déclaration au Parlement européen de Strasbourg qui n'a pas été très appréciée par les élus de droite français.
Non, Monsieur Sarkozy, nous n'avons visiblement pas les mêmes valeurs ni les mêmes priorités", s'est écrié l'eurodéputé. ."Plus que jamais l’Europe des politiques n’est plus l’Europe des citoyens, les courants régionalistes grandissants en sont une conséquence directe. L’Europe en souffre gravement !"  Pourquoi ? "Parce que nous, les politiques, nous mettons totalement hors-jeu !"
L'annulation de la réception des ONG par Nicolas Sarkozy pour raison de... football ! 
"Comment expliquer aux gens qu’on préfère annuler nos rendez-vous avec des organisations non gouvernementales qui luttent contre la faim dans le monde pour recevoir un joueur de foo…

La Présidence belge veut développer l'Europe de la Recherche

 Il y a " trop de politiques étatiques qui ne développent pas suffisamment de collaborations, de coopérations, de synergies dans les pays de l'Union Européenne", a déclaré  le ministre belge de la Recherche, Benoît Cerexhe.
Pour la Belgique, qui assure maintenant la présidence tournante de l'Union, l'amélioration de la compétitivité passe forcément par le développement de la recherche en Europe.
La Belgique a plusieurs grands projets qu'elle voudrait mettre en œuvre pendant ses six mois de Présidence de l'Union européenne. L'un de ces projets est d'intégrer plus de politique de recherche au niveau européen. 
Il semblerait qu'aujourd'hui il y ait une véritable "volonté des États d'aller dans ce sens-là parce que la concurrence est là " a noté le ministre. 
Actuellement le budget européen octroyé à la recherche ne représente qu'environ 9 % des dépenses communautaires, trop peu pour faire avancer la situation et le développemen…

Conseil de l'Europe : la France nie "tout profilage racial" dans l'action de ses forces de police

Chargé par le Conseil de l’Europe de dresser un bilan pays par pays sur la station du racisme, de la xénophobie, de l’antisémitisme et de la discrimination, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) vient de rendre public son quatrième rapport sur la France (rapport à télécharger). L’organisme y fait état de quelques évolutions positives, mais il souligne surtout des tendances inquiétantes et n’hésite pas à mettre en cause le rôle des pouvoirs publics.
Au titre des progrès soulignés par l’organisme, l’ECRI prend acte d’un renforcement du cadre juridique de la lutte contre les discriminations, et particulièrement du rôle de la Halde, qui fait un « usage proactif de ses larges compétences et contribue fortement au débat public. » L’ECRI met également au crédit de la France la condamnation régulière par la classe politique des propos ouvertement racistes et des actes violents, et salue la réflexion et le débat sur « la question de la mesure de la diversité et les

Arménie : le Parlement Européen pour une "stratégie" du Sud Caucase

La commission des affaires étrangères du Parlement européen a adopté un projet de stratégie commune de l'Union Européenne pour la région du sud Caucase
Les députés européens membres de la commission des affaires étrangères de l'UE ont récemment adopté un projet de résolution en faveur de l'Arménie, de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan
Une zone à fort intérêt énergétique Ils souhaitent donner à l'Union  un rôle plus important dans la région du Sud Caucase, en renforçant ses liens avec les trois pays. L'instabilité de la zone, à fort intérêt énergétique, constitue un obstacle à son développement économique et social.  La résolution prévoit, afin de renforcer la stabilité et de faciliter le règlement des conflits, d'élaborer une stratégie commune axée sur la promotion de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit, le règlement des conflits, la coopération économique et le développement social.
 Par ailleurs, les eurodéputés ont insisté sur la…

Et si la "taxe Tobin" finançait la "contribution climat énergie" ?

Une initiative européenne visant à taxer certains actifs financiers pourrait finalement être "explorée" au niveau européen.
 Mardi 6 avril, la Commission européenne a publié son analyse de l'impact et des modalités de mise en œuvre au sein de l'Union européenne de différents types de financements innovants (taxe sur les actifs financiers, les transactions financières, les bonus bancaires, taxe carbone…). 
Selon la Commission, ces prélèvements pourraient générer des revenus utiles au financement de défis tels que l'aide au développement et la lutte contre les changements climatiques. La proposition de privilégier les prélèvements opérés sur des actifs bancaires est fortement envisagée. 
La Commission est cependant consciente du risque de répercussion des coûts liés à une nouvelle taxe sur leurs clients des banques. L'analyse servira de base aux discussions des ministres des Finances lors du Conseil ÉCOFIN informel qui aura lieu à Madrid les 16 et 17 avril 2010.
 L…

Code des étrangers: pour Sylvie Guillaume la loi Besson serait un recul inacceptable

L'Euro-député (PS) du "Grand Sud Est de la France", Sylvie Guillaume, qui est par ailleurs adjointe au Maire de Lyon, vient de visiter, à l'invitation de Forum réfugiés, le Centre de Rétention administrative de Marseille, au lendemain de l'annonce du projet de loi de réforme du code des étrangers.

Dans un communiqué du jeudi 1er avril 2010, Sylvie Guillaume, qui a été nommée rapporteur sur la "révision de la directive relative aux procédures d'octroi du statut de réfugié", explique qu'elle a souhaité par cette visite de terrain se rendre compte de la situation des personnes placées en rétention. "En visitant le CRA de Marseille j'ai pu me rendre compte des conditions de vie des personnes placées en rétention. La vie dans le centre est anxiogène, ce qui provoque une grande détresse chez les personnes détenues. Cette dimension carcérale me paraît disproportionnée pour des personnes en transit dont l'immense majorité sont innocentes d…

L'Europe recrute pour faire face au Traité de Lisbonne

Le Parlement européen vient d'indiquer, selon la lettre "Europe Midi" du mouvement européen, qu'il "a besoin de 9 millions d'euros supplémentaires pour faire face à l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne".
La Commission européenne a adopté un projet de budget rectificatif pour l'exercice 2010 prévoyant l'octroi de fonds supplémentaires en faveur du Parlement européen, afin de couvrir des dépenses découlant directement de l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne.
Il s'agit, selon Europe Midi, d'augmenter le budget 2010 d'un montant de 9,4 millions d'euros en crédits d'engagement et de paiement, et le tableau des effectifs de 150 emplois.
Le but d'une telle augmentation est de permettre au Parlement de jouer son nouveau rôle de colégislateur, sur un pied d'égalité avec le Conseil de l'UE.
La proposition de la Commission porte sur le renforcement des secrétariats des commissions, la création d'empl…

A lire : Montalembert et l'Europe de son temps

Charles de Montalembert a vécu au cœur du 19ème siècle, entre 1810 et 1870. Au cours de cette période très riche en événements, la France a connu des bouleversements politiques et sociaux qui ont marqué toute son Histoire et en ont influencé la suite.
Ce livre de Marguerite Castillon du Perron édité dans la collection Histoire essentielle de François Xavier de Guibert raconte l'histoire de ce journaliste et écrivain qui "a joué un rôle non négligeable dans ce qui s’est passé lors de cette période cruciale et mouvementée".Lors de la Révolution de Juillet et de la chute de Charles X, Montalembert se trouve en Angleterre. De retour en France, il devient à vingt ans rédacteur au journal "L’Avenir". Fervent partisan de la liberté d’enseignement, son journal met en place une école gratuite qui défend le principe de la liberté religieuse. Après de nombreux voyages, Montalembert se lance directement dans la politique et devient député. Menant parallèlement sa carrière li…

"L'affaire Swift", symbole du nouveau Parlement Européen

Pour les parlementaires européens, le renversement de l'accord Swift (sur le transfert des données bancaires des citoyens européens vers les Etats-Unis dans le cadre des accords anti-terroristes) est symptomatique de leurs nouveaux pouvoirs issus du Traité de Lisbonne. Le 11 février 2010, les députés européens ont opposé leur veto a cet accord pourtant soutenu par la commission, en considérant "qu'il ne garantissait pas suffisamment la protection des données et les libertés fondamentales des citoyens".
Sylvie Guillaume, l'adjointe aux affaires sociales de la Ville de Lyon qui est aussi député européenne depuis juin 2009, s'est déclarée"très satisfaite que le Parlement Européen ait rejeté de manière très nette l’accord SWIFT, amplifiant ainsi le vote de la commission des Libertés". La mesure, demandée pourtant avec insistance par le gouvernement américain et soutenue par les Etats membres de l'Union, visait à imposer à la société privée qui gère…

Michel Barnier annonce un "Social Business Act" européen

Michel Barnier, candidat au poste de "commissaire au Marché intérieur et services financiers de l'Union Européenne", a  été reçu pour une audition par  les députés du Parlement Européen.  La rencontre, qui a donné lieu à une diffusion en direct sur la WebTV du Parlement, s'est plutôt bien passée (en tous les cas mieux que celle de sa collègue bulgare dont la candidature a dû être retirée en urgence ! ).
Lors de sa présentation, Michel Barnier a sû se démarquer de la politique gouvernementale de la France et des déclarations de Nicolas Sarkozy dont il a été le ministre. Il a en particulier annoncé le lancement d’un   « Social business act », équivalent de la loi américaine de défense des petites et moyennes entreprises, qui sera sensé « redonner une dimension humaine et sociale aux politiques du marché intérieur ». 

Une clause d'impact social dans les marchés de l'Europe
Il s’est aussi déclaré favorable à la clause d’impact social, réclamée par les syndicats e…

Actuellement sur LYFtvNews :