Accéder au contenu principal

Actuellement sur LYFtvNews :



Vous êtes le

ème
visiteur

Et si la France mettait ses prisons aux normes européennes ?

Le 1er juillet, la France assurera la présidence de l’Union européenne. Thomas Hammarberg, successeur de Alvaro Gil-Robles, au poste de commissaire européen aux droits de l’homme, a récemment dénoncé l’inertie française face à la surpopulation carcérale en soulignant "le manque de volonté politique pour résoudre ce problème".


La promesse de décret de la ministre de la justice Rachida Dati, est porteuse d’une mise aux normes espérée par l’ensemble des organisations des droits de la personne et par les parlementaires unanimes sur ce point depuis plus de huit années.
Mais selon l' organisation "Trop c' est trop", qui milite pour un numerus clausus dans les prisons françaises, "mettre un terme à l’installation de plusieurs personnes dans une place ne saurait être le résultat d’une offre accrue de places, ni même de moyens financiers supplémentaires".

Une surpopulation carcérale persistante
"Trop c’est trop" dénonce la surpopulation carcérale persistante et rappelle l’annonce par la Garde des sceaux, de la parution prochaine d’un décret devant organiser la possibilité pour chaque prévenu de disposer d’une cellule. Pour cette organisation, "c’est notre culture de la prison qu’il faut changer et la volonté politique d’en finir qu’il faut exiger".
Le principe de la cellule individuelle est prévu par la loi sur la présomption d'innocence de juin 2000. Il aurait dû entrer en vigueur le 15 juin 2003 (les parlementaires ont reporté cette échéance au 15 juin 2008). Au 1er mai pourtant, 14 124 détenus étaient en surnombre dans les prisons. A l’échéance du plan de construction en cours, ce seront quelques 30 000 nouvelles places qui auront été mises à la disposition des personnes détenues sans régler le problème de la surpopulation carcérale .
Dans ce contexte, Trop c’est trop se félicite de la nomination pressentie de Jean-Marie Delarue, au poste de contrôleur général des lieux privatifs de liberté. Il devrait être selon l' association "un relais dans l’application des règles pénitentiaires européennes".

En photo, la prison Saint Paul à Lyon




utiliser comme Page de Démarrage