Accéder au contenu principal

Présidence de l'Europe : la France piaffe d' impatience

La France semble peu se soucier de diplomatie vis à vis des "petits pays" de l' Union. Alors que la présidence est encore assurée par la Slovénie, et que les regards des autres pays européens sont tournés vers l' Irlande - qui organise en juin un nouveau référendum sur le traité de Lisbonne- les français travaillent déjà sur leurs priorités.
C' est ainsi qu'après que Nicolas Sarkozy ait largement communiqué sur son projet Euroméditerranée, Brice Hortefeux, le ministre de l' immigration, aurait déjà présenté à ses homologues un document de travail visant à sceller un "pacte pour l'immigration" européen.
Une Green card européenne baptisée Carte bleue !
La grande originalité de ce pacte serait la création d' une "carte bleue", réplique européenne de la fameuse "Green Card" américaine. Composé de cinq chapitres, le pacte proposé par les français développe évidemment un volet sécuritaire de gestion concertée des clandestins. Curieusement, Brice Hortefeux pourrait se retrouver dans le rôle du laxiste en proposant aux autres pays de "bâtir une Europe de l'asile", une idée bien française assez éloignée des valeurs de certains partenaires. Sur la question de la rétention des clandestins aussi, la volonté française d' harmoniser les lois fera grincer des dents puisqu' actuellement la durée de détention est fixée à 32 jours maximum en France, qu' il n' y a pas de limite en Allemagne et que Silvio Berlusconi devrait proposer d' harmoniser cette durée de détention à 18 mois !
Une présidence française "Riche, strass et paillettes"
Des centaines d' animations sont prévues dans le cadre de la présidence française, dont au moins quarante en Région Rhône-Alpes. Avec entre autres une très attendue réunion sur l' Europe Agricole à Annecy au mois de septembre. L' autre grand dossier de la présidence française sera la défense européenne. Mais sur ce sujet Nicolas Sarkozy se fait largement plus discret, préférant sans doute attendre le résultat du référendum en Irlande, pays traditionellement réticent à toute idée de collaboration militaire !
La présidence slovène a beaucoup oeuvré pour le dialogue interculturel
Pendant ce temps et en attendant le passage du bulldozer français, les slovènes terminent leur présidence sans démériter, mais plutôt dans la discrétion. Beaucoup moins "riches, strass et paillettes", ils auront fait avancer l' Union en réalisant les activités préparatoires à la mise en œuvre du traité de Lisbonne (pour 2009).

En cette Année européenne du dialogue interculturel, les slovènes ont organisé à Athènes le dialogue avec les pays méditerranéens, les Balkans occidentaux et les autres régions et en instituant l'université euro-méditerranéenne de Piran. Sous leur présidence, l' Europe aura mis en œuvre des programmes nationaux de réformes, négocié sur le "paquet climat-énergie" et surtout ouvert de nouvelles perspectives vers les Balkans.
La Slovénie, qui a quitté la Yougoslavie récemment, devrait rester un état clef pour la stabilisation du centre de l' Europe et permettre ainsi de renforcer la coopération régionale.


Commentaires

  1. Gzorg4.6.08

    L'Europe c'est beau, c'est démocratique, c'est libéral et merveilleux, L'Europe c'est nous qu'on est la démocratie et pas ces cons de fromage qui pue de Français etc..etc..

    "La démocratie , c'est déjà fini pour l'europe !
    C'est mort un soir de 2005 quand le peuple a dit "non" et que
    l'Europe a répondu "toi je te chie dessus et ton bulletin je me
    torche avec" !
    Vous pouvez esperer modifier/ admonester/ denoncer/ interpeller... bref faire
    ce que vous voulez, une majorité de Français et de citoyens Européens savent déjà que le Roi est nu et que c'est un gros dictateur ploutocrate.
    La seule question qui importe maintenant est quand et comment
    sortir au plus vite de cette Europe !
    Et va falloir faire vite parce que de l'Italie à la Flandre en
    passant par la Roumanie ou la France ceux qui vont bientôt apparaitre comme des sauveurs face au monstre Européen sont loin d'être des gentils démocrates ...eux !"

    RépondreSupprimer
  2. Deneb4.6.08

    Je ne peux, en tant que slovène, qu'applaudir cet article. En effet, la présidence, tout en discrétion, de la Slovénie fut, certes, moins grandiose que celle, prochaine, de la France. L'ex-république yougoslave recherchait
    plûtot la substance, comme l'a dit son premier ministre Jansa il y a
    quelques mois. Le bilan serait un peu hâtif, mais on peut dire d'ores et
    déjà qu'ils s'en sont sortis honorablement, surtout pour un petit pays que
    personne ne conaissait il y a 17 ans, au moment de son independance.

    Gzorg, je pense que vous vous trompez de cible. L'EU est indiscutablement
    un progres, qui laisse esperer la fin des interminables chamaillages qui
    ont marque l'histoire de ce continent. Par contre, je suis evidemment
    contre la mainmise du mercantilisme sur la gestion de cet espace jadis si
    tourmenté qui aujourd'hui represente l'espoir pour de nombreux peuples. Et
    je peux dire qu'en Europe, la France n'est pas le pays le moins mercantile,
    et que l'on pourrait aisement prendre quelques leçons d'humanisme et
    surtout de modestie de la part de nos collègues.

    RépondreSupprimer
  3. Spartacus4.6.08

    Je crois que c'est plutôt Sarko qui se monte le bourrichon.La présidence de l'Europe, un cadre pratiquement vide, il en faut bien,
    essentiellement pour des raisons protocolaires.
    J'en veux pour preuve, que si la Slovénie n'avait pas été citée dans cet article, qui saurait que c'est le pays qui abrite la présidence en ce premier semestre ? Et qui connais le nom du président slovène, sans
    tricher, sans aller voir sur wikipédia (comme je l'ai fait moi-même).
    Alors il faudrait, pour une fois, que Sarko essaie de se la jouer modeste, de ne pas péter plus haut que son cul (ça va lui être difficile). De toute façon, vu la façon dont Sarko fait rire à l'étranger, celà va être une
    présidence marrante.

    RépondreSupprimer
  4. Laurent_K4.6.08

    Je veux bien croire que la présidence slovène soit plus efficace que celle à venir de la France. Cette dernière a en effet une fâcheuse tendance à se
    complaire dans les apparences au détriment de l'action.
    Par contre, la remarque de Gzorg me parait -malheureusement- tout à fait pertinente. l'EU était un énorme progrès par rapport aux anciennes méthodes mais elle a dévié pour devenir un ennemi de la démocratie. Croyez moi, je
    n'utilise ce terme d'ennemi ni à la légère ni avec plaisir.

    1°) Par quatre fois, elle s'est assise sur les référendums dont les
    résultats lui déplaisaient.Les deux dernières fois, elle est même passée en force car sachant que si elle reposait la question, ce serait un nouveau refus.
    2°) Elle continue d'étendre ses prérogatives mais refuse toute véritable démocratisation (là aussi, il faut éviter les paillettes et regarder le
    détail des textes). C'est pourquoi elle menace maintenant l'essence même de nos libertés.
    Elle a perdu par la même ce qui faisait sa force : la démocratie. Elle n'est plus maintenant qu'une énième tentative d'unifier le continent par la force et on sait comment cela se termine.

    RépondreSupprimer
  5. impots-utiles.com4.6.08

    A force de se faire réprimander par bruxelles, Sarkozy doit trépigner d'impatience ... Qui donc s'occupera de remettre la france à sa place pour
    ses reformes bancales une fois que sarkozy sera a la tete de l'ue ?

    http://www.impots-utiles.com/la-baisse-de-la-tva-sur-les-produits-petroliers-jugee-inefficace-par-bruxelles-video.php

    RépondreSupprimer
  6. Manusan6.6.08

    bizarre, je bosse depuis 8 ans dans divers pays, je n'ai jamais croisé un seul français voir un seul européen qui se disent anti-européen. A croire
    que ceux qui n'aiment pas l'UE n'ont pas envie de l'a quitter.

    RépondreSupprimer
  7. Nicbout6.6.08

    La présidence française ne réformera pas l'Europe tout simplement parce qu'elle n'en aura pas le pouvoir. Elle pourra faire des propositions sur l'avenir des politiques intergouvernementales, comme la politique européenne de sécurité et de défense par exemple, mais certainement pas sur les taxes ou les différents
    quotas.
    C'est incroyable la force avec laquelle Sarkozy arrive à faire croire à certains qu'il va tout changer alors même que ce n'est pas de son ressort.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Actuellement sur LYFtvNews :