Accéder au contenu principal

Articles

La fin de l'Europe ? L'Union au défi du Brexit (préface de Catherine Lalumière)

Le référendum britannique agit comme un révélateur des problèmes et des incertitudes de l’Europe. Il amène à se poser la question de la fin de l’Union, et ce à double titre : quels sont ses objectifs ? Quelles sont ses chances de pérennité ? 
Sans la Grande-Bretagne, promoteur infatigable du libéralisme, l’Europe pourra-t-elle étendre son action au-delà du marché ? Le mécontentement exprimé par les citoyens (référendums français et néerlandais de 2005, irlandais de 2008, grec de 2015, britannique de 2016…) rendra-t-il l’Union plus soucieuse de démocratie et d’adhésion des peuples ? Pour répondre aux espoirs placés en elle, va-t-elle s’affranchir des règles multiples qui la paralysent et jouer la carte du pilotage politique ? Peut-elle surmonter les résistances multiples des Etats, souvent tentés par le « chacun pour soi » ?
 Pour mieux comprendre la suite des événements, ce livre fait un retour sur les principes encourageants de la construction européenne mais aussi sur ses défauts de …

Conseil de l'Europe : la France nie "tout profilage racial" dans l'action de ses forces de police

Chargé par le Conseil de l’Europe de dresser un bilan pays par pays sur la station du racisme, de la xénophobie, de l’antisémitisme et de la discrimination, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) vient de rendre public son quatrième rapport sur la France (rapport à télécharger). L’organisme y fait état de quelques évolutions positives, mais il souligne surtout des tendances inquiétantes et n’hésite pas à mettre en cause le rôle des pouvoirs publics.
Au titre des progrès soulignés par l’organisme, l’ECRI prend acte d’un renforcement du cadre juridique de la lutte contre les discriminations, et particulièrement du rôle de la Halde, qui fait un « usage proactif de ses larges compétences et contribue fortement au débat public. » L’ECRI met également au crédit de la France la condamnation régulière par la classe politique des propos ouvertement racistes et des actes violents, et salue la réflexion et le débat sur « la question de la mesure de la diversité et les

Arménie : le Parlement Européen pour une "stratégie" du Sud Caucase

La commission des affaires étrangères du Parlement européen a adopté un projet de stratégie commune de l'Union Européenne pour la région du sud Caucase
Les députés européens membres de la commission des affaires étrangères de l'UE ont récemment adopté un projet de résolution en faveur de l'Arménie, de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan
Une zone à fort intérêt énergétique Ils souhaitent donner à l'Union  un rôle plus important dans la région du Sud Caucase, en renforçant ses liens avec les trois pays. L'instabilité de la zone, à fort intérêt énergétique, constitue un obstacle à son développement économique et social.  La résolution prévoit, afin de renforcer la stabilité et de faciliter le règlement des conflits, d'élaborer une stratégie commune axée sur la promotion de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit, le règlement des conflits, la coopération économique et le développement social.
 Par ailleurs, les eurodéputés ont insisté sur la…

Et si la "taxe Tobin" finançait la "contribution climat énergie" ?

Une initiative européenne visant à taxer certains actifs financiers pourrait finalement être "explorée" au niveau européen.
 Mardi 6 avril, la Commission européenne a publié son analyse de l'impact et des modalités de mise en œuvre au sein de l'Union européenne de différents types de financements innovants (taxe sur les actifs financiers, les transactions financières, les bonus bancaires, taxe carbone…). 
Selon la Commission, ces prélèvements pourraient générer des revenus utiles au financement de défis tels que l'aide au développement et la lutte contre les changements climatiques. La proposition de privilégier les prélèvements opérés sur des actifs bancaires est fortement envisagée. 
La Commission est cependant consciente du risque de répercussion des coûts liés à une nouvelle taxe sur leurs clients des banques. L'analyse servira de base aux discussions des ministres des Finances lors du Conseil ÉCOFIN informel qui aura lieu à Madrid les 16 et 17 avril 2010.
 L…

Code des étrangers: pour Sylvie Guillaume la loi Besson serait un recul inacceptable

L'Euro-député (PS) du "Grand Sud Est de la France", Sylvie Guillaume, qui est par ailleurs adjointe au Maire de Lyon, vient de visiter, à l'invitation de Forum réfugiés, le Centre de Rétention administrative de Marseille, au lendemain de l'annonce du projet de loi de réforme du code des étrangers.

Dans un communiqué du jeudi 1er avril 2010, Sylvie Guillaume, qui a été nommée rapporteur sur la "révision de la directive relative aux procédures d'octroi du statut de réfugié", explique qu'elle a souhaité par cette visite de terrain se rendre compte de la situation des personnes placées en rétention. "En visitant le CRA de Marseille j'ai pu me rendre compte des conditions de vie des personnes placées en rétention. La vie dans le centre est anxiogène, ce qui provoque une grande détresse chez les personnes détenues. Cette dimension carcérale me paraît disproportionnée pour des personnes en transit dont l'immense majorité sont innocentes d…

L'Europe recrute pour faire face au Traité de Lisbonne

Le Parlement européen vient d'indiquer, selon la lettre "Europe Midi" du mouvement européen, qu'il "a besoin de 9 millions d'euros supplémentaires pour faire face à l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne".
La Commission européenne a adopté un projet de budget rectificatif pour l'exercice 2010 prévoyant l'octroi de fonds supplémentaires en faveur du Parlement européen, afin de couvrir des dépenses découlant directement de l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne.
Il s'agit, selon Europe Midi, d'augmenter le budget 2010 d'un montant de 9,4 millions d'euros en crédits d'engagement et de paiement, et le tableau des effectifs de 150 emplois.
Le but d'une telle augmentation est de permettre au Parlement de jouer son nouveau rôle de colégislateur, sur un pied d'égalité avec le Conseil de l'UE.
La proposition de la Commission porte sur le renforcement des secrétariats des commissions, la création d'empl…

A lire : Montalembert et l'Europe de son temps

Charles de Montalembert a vécu au cœur du 19ème siècle, entre 1810 et 1870. Au cours de cette période très riche en événements, la France a connu des bouleversements politiques et sociaux qui ont marqué toute son Histoire et en ont influencé la suite.
Ce livre de Marguerite Castillon du Perron édité dans la collection Histoire essentielle de François Xavier de Guibert raconte l'histoire de ce journaliste et écrivain qui "a joué un rôle non négligeable dans ce qui s’est passé lors de cette période cruciale et mouvementée".Lors de la Révolution de Juillet et de la chute de Charles X, Montalembert se trouve en Angleterre. De retour en France, il devient à vingt ans rédacteur au journal "L’Avenir". Fervent partisan de la liberté d’enseignement, son journal met en place une école gratuite qui défend le principe de la liberté religieuse. Après de nombreux voyages, Montalembert se lance directement dans la politique et devient député. Menant parallèlement sa carrière li…

"L'affaire Swift", symbole du nouveau Parlement Européen

Pour les parlementaires européens, le renversement de l'accord Swift (sur le transfert des données bancaires des citoyens européens vers les Etats-Unis dans le cadre des accords anti-terroristes) est symptomatique de leurs nouveaux pouvoirs issus du Traité de Lisbonne. Le 11 février 2010, les députés européens ont opposé leur veto a cet accord pourtant soutenu par la commission, en considérant "qu'il ne garantissait pas suffisamment la protection des données et les libertés fondamentales des citoyens".
Sylvie Guillaume, l'adjointe aux affaires sociales de la Ville de Lyon qui est aussi député européenne depuis juin 2009, s'est déclarée"très satisfaite que le Parlement Européen ait rejeté de manière très nette l’accord SWIFT, amplifiant ainsi le vote de la commission des Libertés". La mesure, demandée pourtant avec insistance par le gouvernement américain et soutenue par les Etats membres de l'Union, visait à imposer à la société privée qui gère…

Michel Barnier annonce un "Social Business Act" européen

Michel Barnier, candidat au poste de "commissaire au Marché intérieur et services financiers de l'Union Européenne", a  été reçu pour une audition par  les députés du Parlement Européen.  La rencontre, qui a donné lieu à une diffusion en direct sur la WebTV du Parlement, s'est plutôt bien passée (en tous les cas mieux que celle de sa collègue bulgare dont la candidature a dû être retirée en urgence ! ).
Lors de sa présentation, Michel Barnier a sû se démarquer de la politique gouvernementale de la France et des déclarations de Nicolas Sarkozy dont il a été le ministre. Il a en particulier annoncé le lancement d’un   « Social business act », équivalent de la loi américaine de défense des petites et moyennes entreprises, qui sera sensé « redonner une dimension humaine et sociale aux politiques du marché intérieur ». 

Une clause d'impact social dans les marchés de l'Europe
Il s’est aussi déclaré favorable à la clause d’impact social, réclamée par les syndicats e…

L'Union européenne annonce beaucoup d'aides aux PVD

Bruxelles / Copenhague : les chefs d'Etat de l'Union européenne ont chiffré l´engagement de l´UE pour le financement de l’aide aux pays en développement dans la lutte contre le changement climatique.
Lors du sommet de l´Union européenne qui s´est tenu les 10 et 11 décembre à Bruxelles, les représentants des 27 pays de l'Union sont parvenus à un accord pour une contribution de 2,4 milliards d’euros par an, entre 2010 et 2012, aux pays en développement. Cette aide dont il n'est pas précisé si il s'agit de prêt ou de don , devrait aider ces pays à s'adapter au réchauffement climatique et à élaborer des "plans nationaux d'atténuation de ce phénomène". Sur les trois ans, l´aide immédiate de la part de l´UE aux pays pauvres s´élèverait à 7,2 milliards d'euros et l´UE devrait donc prendre en charge 30 % de l’aide totale aux pays qui sont les plus touchés par le réchauffement climatique. Un effet d'annonce pour des décisions nationales Mais derr…

1er décembre 2009, entrée en vigueur du Traité de Lisbonne

Le traité de Lisbonne est entré en vigueur le 1er décembre 2009. Pour le collectif "Sauvons l'Europe", qui l'a soutenu, "c’est un soulagement plus qu’une victoire". En effet, si ce traité contient plusieurs avancées notables il ne saurait, en tout état de cause, à lui seul régler tous les problèmes. Les principales difficultés persistent : disparition progressive de l’esprit communautaire au profit de l’intergouvernementalité, affaiblissement de l’idée d’une Europe politique, indifférence pour une Europe sociale.
Les citoyens attendent principalement des institutions européennes en action. C'est maintenant à la société civile d'être à l'initiative. Dans ce cadre, Sauvons l’Europe, en s’appuyant sur son manifeste , lance une consultation pour établir une base de propositions intitulée « 27 espoirs pour l’Europe, vers un europrogressisme ».
La nouvelle Commission européenne pour les cinq prochaines années
Le Président de la Commission européenne, le…