Affichage des articles dont le libellé est santé. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est santé. Afficher tous les articles

OGM : "59% des européens en ingèrent à leur insu"

mardi 5 juillet 2011

Le Parlement Européen débat ce mardi sur les critères dont un Etat pourrait se targuer pour restreindre les cultures OGM sur son territoire. "La plus belle avancée du rapport qui sera débattu est la prise en compte des critères environnementaux ou socio- économiques sur la question des OGM" déclare Marc Tarabella. Cependant, l’Eurodéputé en charge de la protection du consommateur reste inquiet "59% des européens trouvent les OGM dangereux mais en ingèrent à leur insu au quotidien."
La Commission Européenne avait déjà dressé une liste de critères. Mais celle-ci ne proposait que l’éthique et la moralité publique, arguments qui, en cas de contestation de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), auraient fondu comme neige au soleil.

Après le vote du rapport qui fera l’objet du débat de cette semaine, un pays pourra justifier l'interdiction d'une semence en invoquant des choix liés à l'aménagement de son territoire, l'affectation des sols, le respect de la biodiversité ou l'impact socio-économique de la culture d'un OGM.
Mais même si ce rapport va dans le bon sens, Marc Tarabella, en charge de la protection des consommateurs européens reste très mitigé sur la question des OGM : "Près de 300 millions d’Européens estiment que les OGM sont potentiellement dangereux et pourtant les cultures se répandent à travers l’Europe, dans les champs mais aussi dans nos assiettes." déclare-t-il.

La nourriture non-OGM pour bétail est trop peu nombreuse et plus coûteuse.
Seuls 11% des Français et 32% des Belges estiment que les OGM sont sans danger pour les générations à venir (Eurobaromètre octobre 2010). D’une part, il y a le problème de la contamination. La nourriture non-OGM pour bétail est trop peu nombreuse et plus coûteuse. Il est donc courant que nous mangions de la viande issue de bêtes alimentées avec des OGM. A tel point que, en Belgique par exemple, certaines grandes chaînes de supermarchés ont renoncé à étiqueter leurs viandes d’un logo "sans OGM …"

De plus, la nature ne connaît pas de frontières. Le vent, la pluie, les insectes peuvent propager des semences OGM sur des zones et des cultures qui étaient vierges de tout OGM.

E. coli et la résistance aux antibiotiques

Tout aussi perturbants, les propos de Herrade Nehlig du CNRS et spécialiste en biologie moléculaire des plantes qui explique dans un courrier des lecteurs publié par les Dernières Nouvelles d'Alsace le 1er juillet 2011 que : "E-coli est la bactérie la plus fréquemment utilisée pour faire ’muter’ les cellules de plantes afin d’obtenir des OGM… Après on se ‘débarrasse’ de la bactérie Escherichia coli en utilisant un cocktail d’antibiotiques." Et la spécialiste de s’interroger "quid des interactions entre E-coli et les cellules de plantes qui seront à l’origine de nouvelles lignées de plantes OGM... "

Enfin, toujours selon Marc Tarabella, "il faut que l’EFSA, qui s’occupe de la sécurité alimentaire européenne regagne du crédit aux yeux des Etats en faisant preuve de cohérence, de transparence et d’une déontologie irréprochable"...  "La commission Européenne reviendra en profondeur sur la directive OGM en 2012. Elle ne pourra rester sourde à la demande d’une majorité d’Européens de pouvoir consommer des aliments sans OGM et d’être mieux informés sur le contenu de ce qu’ils mangent. " conclut le Parlementaire Européen en charge de la Protection du consommateur Marc Tarabella.
G.R.
(redaction@LYonenFrance.com)
-----------------------




utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - OGM : "59% des européens en ingèrent à leur insu"

Antennes relais : les Verts satisfaits par la Justice

jeudi 5 février 2009

Michèle Rivasi sera la tête de liste Verte sud-est pour le Rassemblement Europe Ecologie. Elle a, dit-elle, choisi cet engagement "parce qu'elle sait que c'est au niveau européen que la lutte sanitaire doit être menée, car les normes sont actuellement très différentes dans chaque pays".


Elle se réjouit dans un communiqué de la décision de la Cour d'Appel de Versailles, ce mercredi 4 février, qui a condamné Bouygues Telecom à démonter une antenne-relais dans le Rhône, à Tassin la Demi-lune.


Selon elle, "la Justice a fait le choix d'appliquer le principe de précaution pour la protection sanitaire des riverains exposés à ces installations de téléphonie mobile".


La santé publique avant l'intérêt économique
Cette décision pourrait, si elle est prise une seconde fois, faire jurisprudence. Elle constitue une première en France dans ce domaine puisque la santé publique a été mise devant l'intérêt économique.




Pour les Verts, la véritable raison des choix de puissances des opérateurs est la raison économique : multiplier les antennes à petites puissances serait une démarche bien plus onéreuse, donc moins profitable pour les entreprises concernées.




Maux de têtes persistants, nausées, troubles cardiaques


Pourtant, les effets nocifs ne sont pas négligeables. Les riverains se plaignent de maux de têtes persistants, de nausées et de troubles cardiaques. D'après Michèle Rivasi, "tous les scientifiques indépendants et associations concernées ont la même analyse : une puissance de 0,6 volts par mètre est la seule garantie de la santé de l'entourage".

Michèle Rivasi est la fondatrice de la CRIIREM, Centre de Recherche et d'Information Indépendant sur les Rayonnements ElectroMagnétiques. Depuis 2005, cette association produit des études qui démontrent la nocivité des antennes-relais et préconise une réglementation stricte qui permette l'utilisation de cette technique sans problèmes pour la santé. Elle promet de porter pour son futur mandat cette bataille pour une directive européenne beaucoup plus protectrice de tous les citoyens européens.


utiliser comme Page de Démarrage
En ce moment sur les sites de LYonenFrance : Le peintre Simonnet exclu du Marché de la Création ? - Risques d'avalanche, un appel à la vigilance - A Lyon, Antagène teste génétiquement les chiens et les chats-Maladie d'Alzheimer, la France fait bouger l'Europe -Vif intérêt pour le nouveau statut d'Autoentrepreneur - Ski/ Alpinisme : Pierra Menta, le Rendez-vous de l'hiver ! -Plan Fillon, les Verts Rhône critiquent... Gérard Collomb ! - Vient de paraître "Le monde selon Bernard K" de Pierre Péan- Wonderpoule, la "dure à cuire" du Salon de l'Agriculture -Europe, la modération salariale devient la norme-Woody Allen : "La vie devrait être vécue à l'envers" -Photos : une "manif de droite" pour soutenir la venue de F.Fillon à Lyon -LYonenFrance fait appel au soutien de ses lecteurs -F.Fillon anticipe le remboursement de la TVA au département du Rhône-La "lettre au père Fillon" des élus de Rhône-Alpes -15000 emplois à pourvoir dans le"Train pour l'emploi"- Soyez le guide d'un écrivain pour les Assises Internationales du Roman ! -Savoie : les Verts s'opposent aux JO d'hiver-Photos : l'emploi entre en gare de la Part Dieu -
Lire la suite - Antennes relais : les Verts satisfaits par la Justice

Alzheimer, la France fait bouger l'Europe

mercredi 4 février 2009

A partir de 85 ans, 1 femme sur 4 et 1 homme sur 5 sont touchés en Europe par la maladie d'Alzheimer.

Dans le cadre des travaux lancés lors de la Présidence française de l’Union européenne, la recherche sur la maladie d’Alzheimer est devenue le projet pilote pour construire l’espace européen de la recherche. Le Parlement européen vient d'ailleurs d'adopter, à l'Initiative de la député européenne (UMP) Françoise Grossetête (Présidente de l'Alliance européenne contre la maladie d'Alzheimer) et avec le soutien d'autres parlementaires - John Bowis, Katalin Levai, Jan Masiel et Antonios Trakatellis-  une déclaration visant à alerter la Commission et les Etats membres sur la reconnaissance de la maladie d'Alzheimer comme une priorité de santé publique.

Pour Françoise Grossetête, "le même défi se pose à tous les Etats membres de l’Union européenne sur des questions comme la recherche, la prévention, le parcours de soins, le développement de nouveaux métiers, la prise en charge des patients et le soutien aux aidants pour faire face à ce fléau".

 Le plan Alzheimer français devrait être décliné dans les 27 pays de l'Union

Le 4 février 2009, les ministres concernés par le dossier en France, ont présenté au Conseil des Ministres une communication relative à la mise en œuvre du plan Alzheimer 2008-2012. Ce plan est doté de 1,6 milliard d’euros sur 5 ans. 

Il s'appuie sur la création (en juin 2008) d’une fondation de coopération scientifique qui a permis d'augmeznter considérablement les moyens financiers et humains dévolus à la recherche fondamentale et à la recherche clinique. 

Un parcours personnalisé depuis le diagnostic jusqu'à la prise en charge
Le plan français repense la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et l’accompagnement de leurs proches. L’objectif est de construire un parcours personnalisé depuis le diagnostic jusqu’à la prise en charge en établissement. 

21 nouvelles " consultations mémoire" ont été ouvertes en 2008, afin de faciliter le diagnostic précoce. Le dispositif d’annonce et d’accompagnement sera expérimenté à partir de 2009 : il permettra d’avoir une continuité entre le diagnostic et la prise en charge. 

La coordination entre tous les intervenants sera renforcée en mettant en place un interlocuteur unique, le coordonnateur, et une porte d’entrée unique, la Maison pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer (MAIA). 17 projets de MAIA ont été retenus et vont bénéficier en 2009 de 4,5 millions d’euros. 

L'aide aux aidants 
Les personnes qui aident les malades seront davantage accompagnées, avec la possibilité de disposer de deux jours de formation dès 2009. Les premières plateformes d’accompagnement et de répit vont être très prochainement expérimentées. Afin de favoriser dans la mesure du possible le maintien à domicile, des équipes spécialisées vont être créées, qui comprendront désormais des ergothérapeutes et des psychomotriciens. 

Des unités spécialisées dans les établissements de personnes âgées
La prise en charge en établissement sera elle aussi améliorée, tant en termes d’organisation que de formation des professionnels, grâce à la création d’unités spécialisées. En 2008, 188,5  millions € ont été investis dans 171 établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) accueillant notamment des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. 

Des assises régionales au Printemps 2009
L’objectif du plan est également de faire évoluer le regard sur la maladie. L’espace de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimer et le centre de référence pour les malades jeunes ont été désignés. Les assises régionales sur la maladie débuteront au printemps 2009 : elles permettront de mieux recenser les besoins locaux et de mieux faire connaître le plan. 

Les 44 mesures du plan Alzheimer font selon le gouvernement "l’objet d’un suivi vigilant".  Une «mission Alzheimer» a été mise en place à cette fin. Le Président de la République a réuni le 2 février dernier l’ensemble des acteurs pour partager ce premier bilan. Toutes les informations rassemblées par la mission sont disponibles sur un site internet -



utiliser comme Page de Démarrage
En ce moment sur les sites de LYonenFrance : Vif intérêt pour le nouveau statut d'Autoentrepreneur - Ski/ Alpinisme : Pierra Menta, le Rendez-vous de l'hiver ! -Plan Fillon, les Verts Rhône critiquent... Gérard Collomb ! - Vient de paraître "Le monde selon Bernard K" de Pierre Péan - Wonderpoule, la "dure à cuire" du Salon de l'Agriculture - Europe, la modération salariale devient la norme - Woody Allen : "La vie devrait être vécue à l'envers" - Photos : une "manif de droite" pour soutenir la venue de F.Fillon à Lyon - LYonenFrance fait appel au soutien de ses lecteurs -F.Fillon anticipe le remboursement de la TVA au département du Rhône- La "lettre au père Fillon" des élus de Rhône-Alpes -15000 emplois à pourvoir dans le "Train pour l'emploi"- Soyez le guide d'un écrivain pour les Assises Internationales du Roman ! -Savoie : les Verts s'opposent aux JO d'hiver -Photos : l'emploi entre en gare de la Part Dieu- Des TER à 1 € pour la Coupe du Monde de Val d'Isère -
Lire la suite - Alzheimer, la France fait bouger l'Europe

Santé/Sida : le parlement Européen demande des initiatives

vendredi 21 novembre 2008

Les eurodéputés ont demandé mardi de consacrer au moins 500 millions d'euros à un programme européen de distribution de fruits et légumes à l'école, afin de le faire quotidiennement et non une fois par semaine comme l'envisageait la Commission européenne.

Dans un avis consultatif voté mardi, les eurodéputés estiment en effet que les 90 millions d'euros prévus pour l'année scolaire 2009/2010 par la Commission européenne, qui ne permettent de distribuer qu'une portion par élève chaque semaine, ne suffisent pas "pour modifier une habitude alimentaire ou influer sur la santé publique".

Un tel programme devrait consister en une portion de fruit par jour et par élève et ne pas être limité aux enfants scolarisés de 6 à 10 ans, soulignent les eurodéputés.

Dans l'UE, près de 22 millions d'enfants sont en surpoids et plus de 5 millions souffrent d'obésité.

L'idée d'une telle distribution a germé lors d'une réforme du mécanisme de subventions au secteur des fruits et légumes intervenue l'an dernier dans l'UE. Plutôt que de retirer des fruits du marché et de les détruire, dans le but de soutenir les prix, il est désormais prévu de les utiliser pour les distribuer gratuitement dans les écoles.
Le nombre de cas de Sida s'accroit dans de nombreux Etats membres
Par ailleurs, les députés européens se sont montrés préoccupés par l'augmentation du nombre de cas de sida diagnostiqués dans de nombreux Etats membres de l'UE et chez leurs voisins d'Europe orientale.
Le Royaume-Uni, la France, l'Italie et l'Espagne connaissent les taux les plus élevés de nouvelles infections de VIH, selon EuroHIV, le programme responsable de la coordination de la surveillance du VIH/SIDA pour l'ensemble des 53 pays de la région Europe de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Depuis la fin des années 80, l'épidémie de VIH/SIDA constitue une préoccupation majeure pour l'Union européenne, qui lui accorde une priorité élevée. La coopération entre les Etats membres a grandement contribué à endiguer les premières vagues de l'épidémie. L'Union européenne a financé des projets et mis en place des réseaux afin de relier l'ensemble des partenaires concernés, d'accélérer la diffusion des meilleures pratiques et de faire face aux difficultés rencontrées par les groupes vulnérables.
Elle finance à hauteur de 55% le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, ce qui paraît toutefois encore insuffisant.

Lire la suite - Santé/Sida : le parlement Européen demande des initiatives

Clap de fin pour le Centre Européen de Santé Humanitaire !

jeudi 25 septembre 2008

Le 31 décembre 2008, le Centre européen de santé humanitaire (CESH) cessera de gérer les activités de formation, de recherche et de mise en commun d’expertises au service des acteurs de l’humanitaire dans le domaine de la santé, qu’il a conçues et développées au travers du groupement d’intérêt public (GIP) que ses membres ont constitué.

Le CESH aura accompli fin décembre la mission pour laquelle il a été créé il y a huit ans pour une durée limitée légalement : près de 2500 étudiants de toutes origines y ont suivi des enseignements et formations très pragmatiques, plus de 60 chercheurs dans des disciplines très différentes ont trouvé matière à faire aboutir leurs travaux de thèse et de recherche fondamentale et appliquée ; plusieurs milliers de participants ont pu se découvrir et collaborer au cours de rencontres scientifiques, de journées thématiques et de grandes manifestations.
Fin du Groupement d'Intérêt Public mais pas des activités
Tous les enseignements programmés d’ici fin 2008 ainsi que la Journée provençale de la santé humanitaire du 20 novembre à Marseille se dérouleront comme prévu. Au-delà du 31 décembre 2008, les institutions qui constituent le CESH se chargent de la pérennisation des activités qui les concernent spécifiquement ; de plus, elles travaillent ensemble pour que l’expérience acquise au contact les unes des autres et en relation avec leurs partenaires extérieurs continue d’être disponible, au-delà de « l’entité CESH ».

Sur son site internet, l’équipe du CESH a mis en place tous les liens utiles vers ces institutions invite les personnes intéressées à se mettre en relation directe avec l’une ou l’autre d’entre elles selon les centres d’intérêt et besoins. Ce site Internet restera actif après le 31 décembre 2008, au moins jusqu’en juillet 2009.
Les prochaines formations du CESH (inscriptions en cours) :
Humanitaire et coopération civilo-militaire
Du 6 au 10 octobre 2008, Marseille
Du 24 au 28 novembre 2008, Lyon

Gynécologie-obstétrique humanitaire
Du 13 au 17 octobre 2008, Marseille

Diplôme inter universitaire de Santé humanitaire
(dates à préciser) Marseille
Inscriptions et informations sur le site internet,-


utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - Clap de fin pour le Centre Européen de Santé Humanitaire !

La Carte Européenne d' Assurance Maladie, facile à obtenir, très utile pour voyager !

dimanche 1 juin 2008

Vous devez voyager ou vous installer dans un autre pays de l' Union Européenne ? Avez vous pensé à la carte européenne de santé ?




Au cours de votre séjour en Europe, la carte européenne d'assurance maladie vous permet de bénéficier, si nécessaire, d'une prise en charge de vos soins médicaux, selon la législation en vigueur.
Cette carte européenne d'assurance maladie, qui existe depuis 2004, est un titre de garantie qui peut faciliter les déplacements car elle évite des démarches administratives préliminaires. Elle garantit un accès direct aux soins sans démarche administrative préalable. Nominative et individuelle, elle est valable un an. Pour en faire la demande, il suffit de remplir un formulaire (un pour chaque membre de votre famille, y compris les enfants de moins de 16 ans). Vous recevrez votre carte, par courrier, sous 15 jours.
Si votre départ est imminent, vous pouvez contacter votre caisse d'Assurance Maladie pour obtenir un certificat provisoire de remplacement. Et si vous êtes étudiant, il vous suffit de vous adresser à votre mutuelle étudiante pour obtenir votre "C.E.A.M".
Attention : la carte n' est pas valable si le but du voyage est de se faire traiter à l' étranger !




utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - La Carte Européenne d' Assurance Maladie, facile à obtenir, très utile pour voyager !

 
 

temps libre - tourisme - voyages

 

LYFtv-Europe

Retrouvez la playlist de LYFtv sur la chaîne YouTube de LYFtv