Affichage des articles dont le libellé est jeunesse. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est jeunesse. Afficher tous les articles

Tribune : "L'Europe ajoute de la confusion sur les stages", par Génération précaire

mardi 17 décembre 2013

"Le 4 décembre dernier, l’Europe a annoncé ses recommandations en matière de stages de qualité. Dispositions qui selon le principe de subsidiarité devront être mises en œuvre dès 2014 par la France dans le cadre de la « garantie jeunesse », train de mesures annoncées en avril 2013 par les Etats membres afin de remédier au désastre du chômage des jeunes.
A la lecture de ces recommandations, GP est cependant sceptique :
« On entend par «stage» une période de pratique professionnelle limitée dans le temps, convenue entre un stagiaire et un fournisseur de stage sans intervention d’une tierce partie, comportant une dimension pédagogique et visant à permettre au stagiaire d'acquérir une expérience professionnelle avant d’assumer un emploi à part entière (…) Elle ne concerne pas les stages pratiques qui relèvent d’un cursus universitaire ou de l’enseignement formel ou professionnel. »
Le stagiaire est-il un étudiant ou un salarié ? La voix de GP est pourtant claire, à l’unisson de l’ensemble des partenaires sociaux : un étudiant devant pouvoir bénéficier dans le cadre de son stage d’un statut intégré au droit du travail. L’interdiction des stages hors cursus, obtenue dès 2006 avec la loi sur l’égalité des chances, confirme cette position. Alors, stage hors cursus, possible ou pas possible ?
« On aura à veiller à la bonne traduction en France [de la « garantie jeunes »] , c’est-à-dire de permettre à un jeune, sorti depuis quatre mois d’un système de formation, ou de bénéficier d’un accompagnement supplémentaire en termes de formation ou d’un emploi ou d’un stage. »
L’Europe ouvre les yeux sur le désastre du chômage des jeunes, et c’est bien. Les solutions proposées sont néanmoins elles-mêmes désastreuses : L’Union Européenne affirme qu’un stage hors cursus est une solution. Autrement dit la variable d’ajustement d’une courbe du chômage qui ne veut pas décroître.
GP alerte sur les risques de précarisation croissante de la jeunesse et rêve du jour où il sera normal de proposer à un jeune diplômé…simplement un emploi !
Proposer à un jeune un stage après la fin de ses études revient à substituer un emploi par un stage, à produire un chômeur – et un exploité – de plus.
L’effort de compréhension des mécanismes du stage dans le parcours d’insertion professionnelle des jeunes est louable. Il masque encore et toujours l’absence de volonté d’agir durablement en la matière.
GP ne baisse pas la garde et demande encore et toujours satisfaction de ses revendications.."

Lire la suite - Tribune : "L'Europe ajoute de la confusion sur les stages", par Génération précaire

15 milliards d'Euros pour Erasmus + - Les eurodéputés doublent quasiment le budget jeunesse !

mardi 19 novembre 2013

             
« La formation n’est pas un coût mais un investissement ! »

Le Parlement européen vient de voter le plan « Erasmus+ ». « Il s’agit du nouveau programme cadre européen dans le domaine de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport pour lesquels nous allons quasi doubler le budget, soit 15 milliards d’euros. Former notre jeunesse, c’est former notre avenir » explique Marc Tarabella chef de délégation PS au Parlement européen et ancien Ministre de la formation, l'Enseignement de Promotion sociale et de la jeunesse.

Les jeunes âgés de 13 à 30 ans pourront aller à l'étranger pour étudier à l'université, faire un stage ou un apprentissage, ou travailler comme assistant. Ils pourront également enseigner ou acquérir une expérience professionnelle dans un autre pays de l'UE.

« Nous tablons sur plus de 4 millions de jeunes qui pourront, par ce biais, bénéficier d'un financement pour étudier, se former, être bénévoles, participer à des activités pour la jeunesse ou sportives dans un autre pays de l'UE, pour les 7 prochaines années. » rajoute   Marc Tarabella.

Du simple au double : « Pour ne pas faire les choses à moitié, nous avons dégagé un budget de 14,77 milliards euros pour la période 2014-2020. Il s'agit d'une augmentation considérable, + 47%, en comparaison de l'ensemble des programmes actuels d'éducation, de formation et consacrés à la jeunesse pour la période 2007-2013. »

Ce programme unique simplifié devrait garantir une gestion plus transparente et plus facile, un accès plus rapide au financement ainsi qu'une réduction des coûts administratifs.

Dans le domaine de la jeunesse, le nouveau programme "Jeunesse en action" soutiendra la mobilité des jeunes, les personnes actives dans le travail des jeunes ou les organisations pour la jeunesse, ainsi que les animateurs dans ce secteur. « Il nous fallait aider les jeunes, notamment ceux qui ont moins l'opportunité d'aller à l'étranger, et accroître l'inclusion sociale et la solidarité, en particulier via des programmes de mobilité individuelle. » rajoute encore l’Eurodéputé.

Enfin, pour la première fois dans un programme européen, un chapitre complet est consacré au sport. Le focus sera mis sur le sport amateur et devra lutter contre les menaces à l'intégrité du sport, telles que le dopage, le trucage de matchs, la violence, ainsi que contre toutes formes d'intolérance et de discrimination devenus de véritables fléaux du sport aujourd’hui.

« Il faut tout faire pour éviter de sacrifier cette génération qui sera le socle de la société de demain. En augmentant de 40% le budget européen consacré à Erasmus +, l’Europe l’a bien compris ; des millions de jeunes pourront étudier, enseigner ou travailler bénévolement à l'étranger d'ici à 2020. La formation n’est pas un coût mais un investissement ! »  conclut l’Eurodéputé. 

Lire la suite - 15 milliards d'Euros pour Erasmus + - Les eurodéputés doublent quasiment le budget jeunesse !

Agora citoyenne sur "le chômage des jeunes en Europe" au Parlement Européen

jeudi 25 juillet 2013

Vous avez entre 18 et 30 ans et vous êtes employé ou à la recherche d'un emploi ? Quelles sont vos opinions sur le problème du chômage des jeunes en Europe ? Le Parlement européen souhaite vous entendre ! 
Participez à l'Agora citoyenne et venez échanger avec des jeunes de tous les pays de l'UE, à Bruxelles, du 6 au 8 novembre 2013. Attention : vous avez jusqu'au 31 août pour vous inscrire ! 

L'Agora du Parlement européen sur le chômage des jeunes vise à rassembler des jeunes gens de toute l'Europe dans le but de discuter des défis auxquels fait face le marché de l'emploi dans l'Union européenne. Deux jeunes de chaque pays membre de l'UE, âgés entre 18 et 30 ans, seront invités à la conférence - un jeune employé et un jeune sans emploi. Ils débattront avec les participants des autres pays et avec l'assistance d'experts. Les conclusions de l'Agora seront transmises aux autorités et aux institutions européennes.
 Le Parlement européen organise des consultations de la société civile, dans le cadre de ses "Agoras", depuis 2007. 
L'Agora est un forum ouvert de discussion où des citoyens de toute l'Europe se rencontrent et échangent leurs idées et expériences dans le but d'arriver à une position commune sur le sujet à l'ordre du jour. Au terme des trois jours de débat et d'échanges, les participants seront invités à soumettre des recommandations aux politiciens de l'Union européenne pour mieux lutter contre le chômage des jeunes. L'Agora se tiendra dans l'hémicycle du Parlement européen à Bruxelles, du 6 au 8 novembre.
 Des activités sociales sont prévues pour les participants, en marge des débats, avec notamment une visite du centre de visiteurs interactif du Parlement européen, le "Parlamentarium".
 Comment participer ?
 Les participants à l'Agora citoyenne doivent avoir entre 18 et 30 ans et résider dans l'un des 28 Etats membres de l'Union européenne. Les débats se dérouleront en français, anglais, allemand et espagnol : il est donc nécessaire que les participants puissent s'exprimer dans l'une de ces langues. Les participants doivent remplir le formulaire d'inscription en ligne avant le 31 août 2013. Ils doivent avoir l'autorisation de voyager (certaines agences nationales pour l'emploi imposent des restrictions sur les voyages). Le Parlement européen peut fournir une attestation de participation. La procédure de sélection aura lieu durant la première semaine de septembre 2013. Les frais de transport et d'hébergement des participants seront pris en charge par le Parlement européen.
 Pour vous inscrire c'est ici : www.europarl.europa.eu/agora2013/fr Attention : vous avez jusqu'au 31 août pour vous inscrire !
Lire la suite - Agora citoyenne sur "le chômage des jeunes en Europe" au Parlement Européen

L'Europe des villes... et de la jeunesse

vendredi 17 septembre 2010

Prospective : Loin des péripéties et des polémiques politiciennes à "courte vue", certains services de l'Union Européenne continuent à travailler sur les perspectives à l'horizon 2020.

Une conférence s'est tenue le mardi 14 septembre à Bruxelles, sur le thème " Plus urbain, plus de cohésion: la valeur ajoutée de la dimension urbaine de la politique de cohésion ", avec pour but de montrer l'importance des villes dans la dynamique de l'Union. 
Cette conférence a permis, selon la lettre du Mouvement européen France, Europe Midi,  de mettre en lumière la nécessité, pour la future politique de cohésion, de couvrir l'ensemble des régions et de travailler  avec les villes.
 La Présidence belge de l'UE, l'Intergroupe URBAN du Parlement européen ainsi que Johannes Hahn, Commissaire européen chargé de la Politique régionale, se sont tous prononcés en faveur "d'un rôle central des villes dans la  future politique de cohésion"

Une Europe de plus en plus urbaine
Actuellement les villes accueillent près de 70% de la population européenne et contribuent à hauteur de 75% au PIB de l'UE. Mais elles sont aussi responsables de 80% des émissions des gaz à effet de serre ! 

Il faut donc s'interroger sur la question de savoir comment vivre de manière durable dans les villes, tout en ayant de bons services publics. 

Pour M. Hahn, il faut, entre autres, que les villes contribuent à la stratégie UE 2020, en établissant par exemple des " synergies dans les domaines où elles sont responsables " (infrastructures, transports, traitement des eaux usées etc).

Coup d'envoi pour l'initiative  "Jeunesse en mouvement "
Europe Midi rappelle par ailleurs que la nouvelle stratégie de l'Union européenne sur la jeunesse se met peu à peu en place : " Europe 2020 ", l'initiative " Jeunesse en mouvement " a pour but de permettre aux jeunes d'acquérir les connaissances, les compétences et l'expérience requises pour décrocher un premier emploi. L'un des objectifs de l'initiative est d'améliorer la qualité de l'éducation et de la formation en Europe afin de bien préparer les jeunes aux " exigences actuelles du marché de l'emploi "

La Commissaire en charge de l'éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse, Androulla Vassiliou, a déclaré que l'Union avait " en effet besoin de plus de jeunes hautement qualifiés, cultivés et novateurs pour assurer sa prospérité future "

Certains objectifs chiffrés ont été évoqués. Ainsi la stratégie 2020 a fixé deux objectifs en matière d'éducation: ramener le taux d'abandon scolaire de 15% à 10% et, d'autre part, augmenter le nombre de jeunes diplômés de l'enseignement supérieur de 31% à 40% au moins d'ici à 2020. L'UE veut aussi réagir car la crise économique n'a pas épargné les jeunes, le taux de chômage des jeunes dans l'Union approche les 21%, et le nombre de jeunes à la recherche d'un emploi est passé de quatre à cinq millions depuis le début de la crise.

G.R.







utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - L'Europe des villes... et de la jeunesse

Stages : pour Génération Précaire, c'est l'Europe qui montre la voie !

mercredi 7 juillet 2010

Le Parlement européen a adopté le 6 juillet 2010, à une très large majorité, le rapport de la benjamine du Parlement européen et députée du Groupe des Verts/ALE, Emilie Turunen, sur "la promotion de l’accès des jeunes au marché du travail, le renforcement du statut des stagiaires, du stage et de l’apprenti"


L'organisation non gouvernementale "Génération-Précaire", auditionnée dans le cadre de la préparation de ce rapport, a fait savoir qu'elle "se félicite de cette avancée et espère que la Commission se saisira rapidement de la question pour produire des recommandations". 

 L’Europe permettra peut être d’avancer sur un sujet sur lequel le gouvernement français traîne les pieds.
Depuis sa création il y a 5 ans, Génération-Précaire alerte sur les conditions de l’insertion de la jeunesse, marquée par un taux de chômage qui atteint en France 29% des jeunes actifs et une pauvreté supérieure de 50% à la moyenne.  Le développement exponentiel des stages en quelques années (1,2 million en 2008) pèse de plus en plus ouvertement sur l’emploi des jeunes actifs. D'après l'association, les différents gouvernements qui se sont succédés ont toujours choisi de gagner du temps sur la question des stages, soit en  niant le problème, soit en proposant des chartes "sympathiques mais non contraignantes" soit en adoptant des lois "cosmétiques" quand la mobilisation rendait l’aveuglement intenable ;

Les associations de défense des stagiaires regrettent le manque d’intérêt des syndicats sur la question et les rémunérations dérisoires (417 euros, soit 30% du SMIC et moins que le RSA) fixées en  dehors du champ de la protection sociale. Sans parler de l'application simple du droit du travail, elles notent l'absence d'encadrement véritable des stages, le non respect du plafonnement du nombre de stagiaires par entreprise ou encore de leur articulation avec l’apprentissage et l’alternance.

Depuis quelques années, Génération-Précaire a élargi son champ d’action au niveau européen, via la création d’un réseau européen, Génération-P (pour Praktikum en allemand, Precario en italien etc..). "Dès novembre 2007", indiquent ses animateurs,  "nous remettions une pétition au Parlement européen sur les stages, en présence du commissaire européen chargé de l'Emploi, des Affaires sociales et de l'Egalité des chances. Depuis nous n’avons pas cessé d’interagir avec les réseaux et députés européens".

L’adoption du rapport par le Parlement Européen est donc selon eux le fruit de ce long travail... en notant que les "stages ne sauraient se substituer à des emplois" (recommandation n°12) ou en appelant "à un suivi plus étroit des activités des stagiaires et de leurs accords de travail en vue de prévenir les abus " (recommandation n°17), ce rapport dicte selon eux des évidences.

"Le Parlement Européen ne donne que plus de relief à l’erreur du gouvernement qui présente les stages et l’insertion des jeunes comme accessoires, erreur qui enferme la jeunesse dans la précarité"... Génération-Précaire appelle donc le gouvernement français "à cesser de tergiverser et à véritablement encadrer les stages, qui détruisent aujourd’hui l’emploi des jeunes actifs".

G.R.
(redaction@LYonenEurope.com)



utiliser comme Page de Démarrage

Lire la suite - Stages : pour Génération Précaire, c'est l'Europe qui montre la voie !

Comenius, le programme de l'Europe pour l'éducation

mercredi 2 septembre 2009

En ces temps de rentrée scolaire, l'Europe semble changer de rang dans les préoccupations des français. Mais si le programme Erasmus est désormais connu des étudiants et de leurs familles, peu de citoyens connaissent Comenius, un programme européen qui met l'accent sur la première phase de l'éducation, de l'école maternelle et primaire à l'enseignement secondaire.

Comenius s'adresse à tous les membres de la communauté éducative: élèves, enseignants, autorités locales, associations de parents, organisations non gouvernementales, établissements de formation des enseignants, universités et autre personnel éducatif.

Relevant du programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie, Comenius cherche à "favoriser parmi les jeunes et le personnel éducatif la connaissance et une meilleure compréhension de la diversité des cultures, des langues et des valeurs européennes"

Il aide les jeunes à acquérir les qualifications et les compétences de base qui sont nécessaires à leur développement personnel, à leur activité professionnelle future et à une citoyenneté active.

Le programme aborde des questions fortement liées aux discussions et avancées actuelles en matière de politique scolaire. Les priorités sont définies chaque année.

Comenius s'est fixé les objectifs suivants:
améliorer et accroître la mobilité des élèves et du personnel éducatif dans les différents États membres;
optimiser et développer les partenariats entre les écoles des différents États membres, avec la participation d'au moins trois millions d'élèves à des activités éducatives conjointes d'ici 2010;
encourager l'apprentissage des langues, l'utilisation de contenu et de services novateurs axés sur les TIC (Technologies de l'Information et des Communications) et enfin de meilleures techniques et pratiques d'enseignement;
améliorer la qualité et la dimension européenne de la formation des enseignants;
améliorer les approches pédagogiques et la gestion des écoles.
Priorités actuelles

Le programme Comenius met l'accent sur les domaines prioritaires suivants:
motivation pour l'apprentissage et les compétences pour "apprendre à apprendre";
compétences clés: amélioration de l'apprentissage des langues; meilleure alphabétisation; renforcement de l'attrait des sciences; soutien à l'entrepreneuriat et renforcement de la créativité et de l'innovation;
contenu et services éducatifs numériques;
gestion des écoles;
lutte contre les désavantages socio-économiques et réduction du décrochage scolaire;
participation aux sports;
enseignement à des groupes d'élèves variés;
apprentissage précoce et préscolaire.
Voir aussi nos pages Enfance / Education "ALYonZenfants.fr" -



utiliser comme Page de Démarrage

Vous avez désormais la possibilité de soutenir LYonenFrance en souscrivant un abonnement de 5€ par mois :




Lire la suite - Comenius, le programme de l'Europe pour l'éducation

 
 

temps libre - tourisme - voyages

 

LYFtv-Europe

Retrouvez la playlist de LYFtv sur la chaîne YouTube de LYFtv