Affichage des articles dont le libellé est international. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est international. Afficher tous les articles

EurActiv.fr : un professeur de Lyon 3 juge Mario Monti - l'Aide européenne au développement - Mali, l'Europe immobile ?

mercredi 16 janvier 2013


Le bilan économique de Mario Monti
Jan 15th 201  
Professeur émérite à l'université de Lyon 3, Jacques Fayette juge de manière positive l'action du professore, même s'il est encore trop tôt pour évaluer le bienfait des réformes engagées.


Aide au développement : la Commission "doit assumer son rôle politique de rassembleur"
Jan 16th 2013 
Selon Jean-Michel Severino, membre du panel d'experts de l'ONU pour définir les objectifs du développement pour l'après-2015, coordonner les différents acteurs européens est difficile, mais nécessaire.
Les députés fustigent l'immobilisme des Européens sur le Mali
Jan 15th 2013 
La chef de la diplomatie européenne s'est rendue à Strasbourg pour un débat sur la situation au Mali. Symbole de l'impuissance de l'UE dans ce domaine, peu de députés étaient présents.
La politique de développement au service de la « puissance d'influence française »
Jan 15th 2013 
"L'AFD doit ainsi être pleinement engagée dans la promotion des entreprises et de l'expertise française à l'étranger", a notamment souligné Laurent Fabius.
Lire la suite - EurActiv.fr : un professeur de Lyon 3 juge Mario Monti - l'Aide européenne au développement - Mali, l'Europe immobile ?

Arménie : Gérard Collomb signe un nouvel accord cadre avec Erevan

mardi 19 juillet 2011

carte arménie
Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon et Président du Grand Lyon vient d'effectuer un déplacement à Erevan avec une délégation lyonnaise. Au cours de ce voyage dans la capitale de l’Arménie, du  16 au 19 juillet 2011, il a rencontré les plus hautes autorités du pays et de la Ville d’Erevan, avec lesquelles il a eu des entretiens denses.
Il s’est par exemple entretenu avec le Président de la République, M. Serge Sargsian, avec qui il a évoqué l’amitié entre les peuples arméniens et   français, la situation géopolitique arménienne, le conflit du Haut Karabakh et la relation avec la Turquie. A l’instar des autres entretiens que Gérard Collomb a échangés avec le Président de l’Assemblée Nationale, le Ministre des Affaires Etrangères ou l’Ambassadeur de France en Arménie, leur discussion a également porté sur la coopération entre la France et l’Arménie, et plus particulièrement sur celle de Lyon et d’Erevan. "Je crois beaucoup à l’action coordonnée des états et des collectivités locales", a déclaré Gérard Collomb lors d’une réception à l’Ambassade de France. Cette coopération entre les villes d’Erevan et de Lyon se traduit en particulier par une aide au lycée professionnel et à l’Université franco-arménienne d’Erevan. 

L’inauguration du Jardin de Lyon ce 19 juillet 2011 en présence des élus de Lyon  et de nombreux habitants d’Erevan, illustre également l’aide concrète que Lyon a apportée pour l’aménagement d’un espace vert dans la ville. Le 16 juillet, un nouvel accord cadre de partenariat a été signé entre Erevan, Lyon et le Grand Lyon. Il concernera notamment le développement urbain et social d’Erevan, les transports urbains, le tourisme, ainsi que la promotion de la francophonie et de la culture.

Le 17 juillet, la délégation lyonnaise s’est rendue au mémorial du génocide arménien. Gérard Collomb s’est également entretenu avec le Catholicos. D’autres rencontres ont été organisées lors de ce déplacement avec des acteurs économiques et de la société civile.

P.B.
(communiqué)

Lire aussi sur les sites de LYonenFrance : de l'Arménie à Lyon,  "L'extraordinaire destin de Napoléon Bullukian"

-------------------
Lire la suite - Arménie : Gérard Collomb signe un nouvel accord cadre avec Erevan

Egypte, Tunisie... le Parlement européen demande le gel des fonds détournés

mercredi 23 février 2011

Egypte
Lors de la dernière session plénière du Parlement européen à Strasbourg (14-17 février), la situation en Egypte a bien sûr fait l'objet de l'attention des députés : ils ont adopté une résolution appelant l'UE à "repenser sa stratégie dans la région en vue de mieux accompagner la transition démocratique et ont demandé un gel des avoirs de tous les dirigeants égyptiens responsables du détournement des fonds publics du pays".

L'Assemblée s'est également prononcée en faveur d'une augmentation, à hauteur d'1 milliard d'euros, du plafond des prêts de la Banque européenne d'investissement pour les infrastructures et les PME en Tunisie et en Egypte.

Les députés se sont ensuite penchés sur la question de l'immigration en Europe de personnes en provenance de Tunisie et de Libye. L'Union européenne - et particulièrement le Parlement européen - sont en effet, depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, compétents pour légiférer en matière de politique d'immigration et de droit d'asile sur les territoires des 27. Le Parlement a tout d'abord insisté sur le principe de solidarité des pays européens avec l'Italie, qui fait face à un afflux considérable d'immigrés.

L'UE doit revoir sa stratégie et redonner la priorité au droit sur l'économie...
La leçon à tirer de la récente révolution en Egypte est l'échec des politiques existantes de l'UE envers les pays sud-méditerranéens, soutiennent les députés dans leur résolution adoptée jeudi dernier. L'UE doit désormais réviser la politique européenne de voisinage (PEV), afin de donner la priorité à des objectifs tels que l'indépendance du pouvoir judiciaire, la lutte contre la corruption ou le respect des libertés fondamentales, sur d'autres objectifs économiques dans des accords bilatéraux.

S'exprimant devant le Conseil européen de février à Bruxelles, le Président du Parlement européen, Jerzy Buzek avait évoqué la situation en Afrique du Nord : "La voix qui s'élève du peuple pour réclamer un changement démocratique est puissante et sans équivoque. Nous ne pouvons - et ne devons - rester sourds à ces appels. Nous devons être prêts à soutenir le changement démocratique. Les enseignements que nous tirons ici peuvent également nous être utiles pour l'Égypte et la région dans son ensemble. La stabilité est importante, mais un voisinage stable est moins important qu'un voisinage stable et démocratique."

(Extrait de "la lettre du Parlement Européen")
utiliser comme Page de Démarrage


Lire la suite - Egypte, Tunisie... le Parlement européen demande le gel des fonds détournés

Union pour la Méditerranée : le sommet annulé

mercredi 17 novembre 2010

lyoneneurope
Prévu initialement le 21 novembre prochain, le second sommet de l'Union pour la Méditerranée vient d'être reporté sine die.

Pour le député européen socialiste Vincent Peillon, qui reste chargé du suivi de l'UpM par la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, il s'agit tout d'abord d'"un échec retentissant pour la diplomatie du Président Sarkozy" qui, mêlant précipitation et inconstance, a réussi "à abimer une bonne idée", mais il s'agit aussi d'un "revers pour l'Europe, incapable de parler d'une seule voix et de mettre les moyens à la hauteur de ses ambitions".
Vincent Peillon revient toutefois sur la nécessité de "ne surtout pas baisser les bras face aux difficultés" : "renoncer à la tâche historique de rapprochement des deux rives de la Méditerranée n'est pas une option." "Le repli sur soi serait une faute politique lourde car, si le Sud a besoin de l'Europe, il ne faut pas oublier que l'Europe a tout autant besoin du Sud", conclut-il.

G.R.
(redaction@LYonenEurope.com)









utiliser comme Page de Démarrage
Lire la suite - Union pour la Méditerranée : le sommet annulé

Europe Russie, de l'eau dans le gaz pour les diplomates

jeudi 28 mai 2009

Quel que soit le résultat des élections européennes, il faudra beaucoup de "doigté" et de diplomatie au nouveau pouvoir sorti des urnes ; tout comme, si le traité de Lisbonne est finalement ratifié, au futur représentant unique de l'Union pour la politique extérieure !
Car si l'Europe, dans son ensemble, est en crise et rencontre beaucoup de difficultés à s'organiser en respectant les intérêts souvent contradictoires des 27, c'est surtout sur la politique extérieure et la clarification de ses relations avec ses voisins qu'elle est attendue. Il est commun de rappeler que la principale réussite de l'Union est depuis sa naissance, "la préservation des conflits". Pas de guerres entre les pays membres c'est vrai, mais personne ne pourrait considérer comme une réussite que l'entrée des ex pays de l'Est provoque des conflits armés aux frontières de l'Europe !
Si les dossiers de politique extérieure de l'Europe, du Moyen Orient aux relations avec les Etats Unis sont nombreux et bien souvent tendus, ceux mis en évidence lors du sommet entre l’Union Européenne et la Russie qui vient de se dérouler au mois de mai 2009 à Khabarovsk, dans l’extrême Est de la Russie, sont eux aussi particulièrement "chauds". Ce sommet a en effet mis au cœur des discussions la question de la sécurité énergétique et de la sûreté des approvisionnements européens d'un côté, la place politique et économique de la Russie de l'autre.
"Un niet humiliant pour l’Europe, telles ont été les réponses de Dimitri Medvedev" .
D'après Stéphane Davin, qui écrit pour "le journal du développement durable", les observateurs qui s'attendaient à un sommet difficile n'ont pas été déçus ! La rencontre, organisée non loin de la frontière chinoise, "à neuf fuseaux horaires et 6 000 kilomètres de Bruxelles", a semble-t-il tourné au dialogue de sourd.
Tout avait bien commencé quand, "voulant faire preuve de bonne volonté, le président en exercice de l’Union, le Tchèque Vaclav Klaus a déclaré que l’Union européenne considère la Russie comme un partenaire stratégique". Mais la réponse du président russe Dmitri Medvedev ne s'est pas faite attendre, cinglante : "Nous avons des doutes sur les capacités de paiement de l’Ukraine...La Russie ne donnera aucune garantie qu’il n’y aura pas un nouveau conflit, car c'est celui qui paie qui donne des garanties !".
Selon Stéphane Davin, ce n’est pas un hasard si la Russie s’est montrée aussi peu conciliante sur le terrain de l’énergie. "Elle n’a toujours pas digéré l’intervention européenne dans la guerre qui l’a opposée à la Géorgie en août 2008 et l’omniprésence sur la scène internationale du président de l’UE de l’époque, Nicolas Sarkozy. Tout comme elle n’apprécie pas aujourd’hui la volonté de l’Europe d’envoyer des observateurs dans les régions géorgiennes de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud que la Russie considère comme des pays indépendants".

Une crise avec l'Ukraine n'est pas à exclure
Prévoyant une prochaine crise du gaz avec l’Ukraine (consommatrice de gaz russe et principal pays de transit vers les consommateurs européens), les représentants de l'Union ont donc demandé la mise en place d’un "mécanisme d’alerte précoce", censé prévenir une rupture de l'approvisionnement. Mais là encore, aucun accord n’a été trouvé !
Il faut dire que le 8 mai, juste avant cette conférence, les européens venaient de signer un accord pour faciliter l’importation de gaz en provenance des bords de la Caspienne, en passant par le "Corridor du sud", qui inclue la Turquie et l’Azerbaïdjan. Un accord qui a bien sûr le don d'agacer le pouvoir russe. On a d'ailleurs peine à croire que les services demandés à la Turquie dans ce domaine, négociés entre autres durant la présidence française, ne soient pas assortis de garanties quant à ses demandes d'intégration à l'Union Européenne !
L'autre sujet d'agacement pour les russes est le "partenariat oriental" lancé par l’UE avec six pays de l’Est de l’Europe début mai : Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Georgie, Moldavie, Ukraine. Ces pays offrent selon la lettre du Mouvement Européen, "un fort potentiel pour la diversification de l’approvisionnement de l’UE en matière de sources d’énergie" .
"Nous sommes gênés que certains pays tentent d’utiliser cette structure comme un partenariat contre la Russie", a commenté Dimitri Medvedev, décidément peu conciliant.
"La Russie ne participe pas et n’a pas l’intention de participer" à cette Charte a commenté le Président Russe, présenté jusqu'ici comme une "colombe" à côté de son Premier ministre Vladimir Poutine !
Gilles Roman
L’Europe sur le web : www.presseurop.eu est le nouveau site à retenir pour mieux connaître les domaines d’activité de l’Union européenne. Lancé par la Commission européenne, le site permet l’accès à des articles de la presse européenne et internationale en 10 langues, et progressivement dans les 23 langues de l’UE. Le choix des articles est fait par une équipe de journalistes permanents et free lance et les textes traduits par des professionnels. Destiné à s’étendre à de nouveaux membres, le consortium est actuellement composé de Courrier international, Internazionale, Internacional et Forum.




utiliser comme Page de Démarrage


Vous avez désormais la possibilité de soutenir LYonenFrance en souscrivant un abonnement de 5€ par mois :




Lire la suite - Europe Russie, de l'eau dans le gaz pour les diplomates

Des tensions entre Israël et l'Europe

mardi 17 mars 2009

La Commission politique de l’Assemblée parlementaire d’EuroMed (APEM) s’est conclue, dimanche 15 mars, par la démission de son vice-président, l’Israélien Majali Whbee.
Celui-ci aurait annoncé son intention de recommander à la Knesset (le parlement israélien) de suspendre sa participation à cette instance. En cause, "l’adoption d’un texte de résolution concernant les manquements au droit international et humanitaire observés durant l'invasion de la Bande de Gaza".
Pour sa part, Javier Solana, Haut Représentant pour la PESC, aurait prévenu, après une rencontre avec le ministre palestinien des affaires étrangères, que si le prochain gouvernement israélien ne soutenait pas la solution à deux Etats, l’UE se comporterait «très différemment» vis-à-vis de l’Etat hébreu.
Un réchauffement des relations avec la Russie
Les 16 et 17 mars, le Conseil a abordé le thème des relations extérieures de l'Europe. On a noté un certain réchauffement des relations avec la Russie avec la mise à l'écart du "projet Nabucco". Ce projet, qui devait être intégré dans le plan de relance de l'économie devait permettre le transit du gaz via la Turquie en évitant ce pays. "Il ne figure plus, spécifiquement comme tel, dans le plan de relance européen de 5 milliards d’euros".
Dans le même secteur, les ministres des Affaires étrangères ont suspendu certaines sanctions contre le Bélarus – l’interdiction de visas, par exemple – durant 9 mois. "Les dirigeants européens souhaitent ainsi encourager la poursuite de l’infime ouverture démocratique observée ces derniers mois". En revanche, le Conseil, lors d’une «réévaluation profonde», fin 2009, pourrait renforcer ses sanctions contre le Bélarus si aucun progrès en faveur des droits de l’homme et de l’état de droit n’a été réalisé.
D'après la lettre du Mouvement Européen-France -


utiliser comme Page de Démarrage


Vous avez désormais la possibilité de soutenir LYonenFrance en souscrivant un abonnement de 5€ par mois :




Lire la suite - Des tensions entre Israël et l'Europe

Hillary Clinton visite le Parlement Européen

vendredi 6 mars 2009

"C'est la première visite à l'institution d'un responsable américain de ce niveau depuis Ronald Reagan en 1985", note la revue France-Amériques. Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine pour les affaires étrangères a en effet passé plus d'une heure à Bruxelles pour dialoguer avec des jeunes de la politique américaine.

Le président du parlement Hans-Gert Pöttering a jugé "merveilleux" d'avoir à ses côtés Hillary Clinton en notant que cette visite donnait l' occasion de restaurer l'influence des Etats Unis en Europe où la nouvelle administration américaine est particulièrement bien perçue.
Pour Hillary Clinton, qui devait rencontrer dans l'après midi son homologue russe, "L'Europe et les Etats-Unis sont unis par une vision partagée du type d'avenir auquel nous voulons parvenir".
Avec les jeunes, elle n'a pas éludé "les questions qui fâchent" comme l'attitude des Etats Unis face à la menace terroriste, les relations avec la Russie, les colonies israéliennes, les discriminations à l'encontre des homosexuels, ou le changement climatique.

Il ne faut pas gâcher une bonne crise
"Nous avons une devise dans l'administration Obama: il ne faut pas gâcher une bonne crise et ne la gâchons pas si elle peut avoir un impact positif sur le changement climatique", a-t-elle notamment indiqué.

Une tournée européenne de Barack Obama
La secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères a par ailleurs annoncé une visite européenne de Barack Obama. "Le président et Mme Obama se rendront au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en République tchèque" . Cette tournée devrait se dérouler entre le 31 mars et le 5 avril 2009.


A lire sur France-Amérique, le journal français des Etats Unis -


utiliser comme Page de Démarrage


Vous avez désormais la possibilité de soutenir LYonenFrance en souscrivant un abonnement de 5€ par mois :




Lire la suite - Hillary Clinton visite le Parlement Européen

Les Suisses disent "Oui" à La Bulgarie et la Roumanie

lundi 9 février 2009

En dépit des mauvaises  perspectives économiques et des sondages défavorables, les suisses ont renouvellé et même étendu, par un référendum le 8 février 2009, les accords bilatéraux avec les pays de l'Union Européenne.
Les citoyens Suisses ont donc massivement approuvé  la reconduction et l’extension à la Bulgarie et à la Roumanie des accords bilatéraux signés en 1999 avec l’Union européenne. Le "oui" l’a emporté par 59,6 % des voix et dans 22 des 26 cantons. 
Nos voisins helvétiques n'ont donc pas répondu aux sirènes de l'extrême droite qui a centré la campagne sur le rejet des Roms et des tziganes, symbolisée sur leur affiche par une image de moutons blancs qui éjectaient un mouton noir de leur prairie.
. Mais l'UDC, "parti du centre (sic)"  ne désespère pas faire organiser un nouveau référendum : il faudra pour celà qu'il réunisse de nouveau 50000 signatures. 
Seuls les trois cantons de langue allemande ont voté majoritairement contre, tout comme le Tessin, majoritairement italophone. Cet accord renouvelle les relations entre la Suisse et l'UE qui auraient été conidérablement ternies en cas de victoire du Non.


utiliser comme Page de Démarrage

Vous avez désormais la possibilité de soutenir LYonenFrance en souscrivant un abonnement de 5€ par mois :




En ce moment sur les sites de LYonenFrance : Les invités de la fête du livre de Bron, du 6 au 8 mars 2009 -  Photographie : Commandez ici "New York by CharlElie" (sortie le 11 mars) Rugby, Lyon / Oyonnax : un 9/6 peu convaincant ! -Pierre Péan, ulcéré par les accusations d'antisémitisme, quitte le plateau d'"Arrêts sur images" - Allocations logement : bug à la CAF sur les APL de janvier -Relance, le Préfet de Région demande "pragmatisme et efficacité"-Les députés européens veulent défendre les zones vierges -Renault trucks investira dans son usine de Vénissieux -Suppression de la Taxe Professionnelle, Collomb pleure et Martin rit - L'explosion du chômage en Rhône-Alpes - Antennes relais, Michèle Rivasi (les Verts) satisfaite par la Justice Le peintre Simonnet exclu du Marché de la Création ? - Risques d'avalanche, un appel à la vigilance A Lyon, Antagène teste génétiquement les chiens et les chats-Maladie d'Alzheimer, la France fait bougerl'Europe -Vif intérêt pour le nouveau statut d'Autoentrepreneur Ski/ Alpinisme : Pierra Menta, le Rendez-vous de l'hiver ! -Plan Fillon, les Verts Rhône critiquent... Gérard Collomb ! - Vient de paraître "Le monde selon Bernard K"de Pierre PéanWonderpoule, la "dure à cuire" du Salon de l'Agriculture -Europe, la modération salariale devient la norme-Woody Allen : "La vie devrait être vécue à l'envers" -Photos : une "manif de droite" pour soutenir la venue de F.Fillon à Lyon-LYonenFrance fait appel au soutien de ses lecteurs Soyez le guide d'un écrivain pour les Assises Internationales du Roman ! -Photos : l'emploi entre en gare de la Part Dieu -
Lire la suite - Les Suisses disent "Oui" à La Bulgarie et la Roumanie

 
 

temps libre - tourisme - voyages

 

LYFtv-Europe

Retrouvez la playlist de LYFtv sur la chaîne YouTube de LYFtv