Affichage des articles dont le libellé est grèce. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est grèce. Afficher tous les articles

Tribune libre : Europe, fin de soirée ! Par "les Grecques"

mardi 24 mai 2016

               
La soirée avait pourtant bien démarré. Au début on avait la pression. Pas sûr que tout le monde vienne, vu le passif. Mais ça a pris. Comme dans toutes les soirées réussies il y a eu des surprises, des trucs à raconter. En milieu de soirée les deux allemandes nous ont annoncé qu'elles avaient décidé de se remettre ensemble. On avait sorti le polaroïd pour l’occasion : « Le bisou, le bisou, le bisou, ouaais ! ».

On a fait tellement de bruit que ça a attiré les voisins. On a fait tomber le mur mitoyen et on a élargi. Bon, pendant les présentations il y a eu des loupés:
« - Hein ? Quoi ? Pierre ! Non? Ah, Piotr ! Et toutes les consonnes dans le nom de famille là, c'est normal? Eh ben, on va se marrer pendant les parties de scrabble. »
Très vite on s'est forcé à parler anglais, histoire d'exclure personne. Y'a que les français que ça a emmerdé et ils l'ont fait savoir.  

Mais après soixante ans d'intégration et alors qu'on s'approche de six heure du mat', il faut bien avouer que ça retombe.

Ça a commencé à tourner chocolat quand Angela a coupé la musique et braillé à cause des tâches de pinard sur les murs − faut dire que le sirtaki avec les verres pleins dans les deux mains, ça pardonne pas. Elle était pas contente la Mutti : « C'est pas vot' nom qu'est sur le bail, j'vais m'faire bouffer ma caution ». Bref, ambiance. Là-dessus Viktor a balancé une crasse sur les noirs et les arabes, façon « le bruit et les odeurs ». Y'en a que ça a fait marrer, d'autre moins. Psychodrame : 
« - Il a pas tort Viktor dans le fond...
- Ok mais et la convention de Megève, alors ! »

Michel, le belge, boute-en-train, a essayé de relancer la machine avec un remix de 'Ever closer union' par Benny Benassi mais ces vieux machins des années 60, ça prend plus. À soixante ans d'intégration, six heures du mat', tout le monde a envie de rentrer chez soi. Tut' tuuut, y'a un bus rouge qui attend devant la maison pour ramener l'Anglaise. Faut dire que l'electro c'est pas son truc à la princesse, elle, ce qu'elle aime, c'est les Pink Floyd. Money! dung dung dung, get away...

Soixante ans d'intégration, six heure du mat, la fête est finie? Pas pour tout le monde. Il en reste quelques-uns qui cherchent un after.

Les Grecques

Collectif de bas-fonctionnaires européens

 -----------------------

LYFtv a besoin de votre soutien - abonnez vous !

Lire la suite - Tribune libre : Europe, fin de soirée ! Par "les Grecques"

En Grèce des habitants disent non à une mine d'Or !

lundi 18 mars 2013

mine+or+grèceGrèce : Ierissos, un village de Chalcidique qui dit non aux mines d'or


En Grèce du Nord, depuis plusieurs mois, les habitants sont mobilisés contre un projet d'exploitation minière. Ils considèrent que les conséquences environnementales seront catastrophiques et les investissements sans intérêt économique pour eux. Dans le village d'Ierissos, non loin du mont Athos, les rassemblements des opposants au projet se multiplient. Mais depuis une attaque à l'explosif contre les mines il y a un mois, les opérations coup-de-poing de la police sont devenues fréquentes.
Lire ici  le reportage du Courrier des Balkans -

« Casse-toi pov'con », la CEDH, et la liberté d'expression
Selon la Cour européenne des droits de l'Homme, la France a violé la liberté d'expression en condamnant l'homme qui a adressé cette réplique à Nicolas Sarkozy. Lire la suite -

Elections européennes 2014 : 12 Etats européens cèdent un siège à la Croatie
Les eurodéputés ont voté la nouvelle répartition des sièges au Parlement européen. La solution "la moins imparfaite", selon le corapporteur Roberto Gualtieri. A lire sur Euractiv.fr -
Lire la suite - En Grèce des habitants disent non à une mine d'Or !

Un scrutin crucial attend les Grecs le dimanche 17 juin

samedi 16 juin 2012

L'ensemble des Européens auront les yeux fixés sur la Grèce ce dimanche, qui se rendra aux urnes afin d'élire de nouveaux députés. Ce scrutin représente un enjeu de taille pour l'avenir des Grecs mais également de la zone euro. Alexis Tsipras, leader de la gauche radicale Syriza, au coude-à-coude dans les derniers sondages avec le parti conservateur Nouvelle Démocratie, pourrait remporter une majorité de sièges. 
Or, ce dernier reste fortement opposé aux mesures d'austérité imposées par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) en contrepartie de leur aide financière. Alexis Tsipras s'est donné dix jours pour renégocier avec l'UE s'il était aux commandes de la Grèce en précisant que les européens doivent "réaliser que la politique d'austérité a échoué"
Plusieurs députés européens critiquent le comportement des dirigeants qui auraient mené à l'euroscepticisme régnant en Grèce. Ainsi, pour le chef de file des députés européens sociaux-démocrates, Hannes Swoboda, "José Manuel Barroso [Président de la Commission européenne] et le président de l'Union européenne (Herman Van Rompuy), auraient dû se rendre à Athènes et négocier". 
 Le Parlement refuse toutes discussions avec le Conseil sur cinq dossiers 
Le jeudi 15 juin, le Parlement européen a décidé de suspendre toute coopération avec le Conseil sur cinq dossiers relevant de la justice et des affaires intérieures, parmi lesquels le rapport sur le mécanisme d'évaluation de Schengen. Cette décision intervient en réaction contre la réforme de Schengen, préconisée récemment par les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne (UE), qui propose de modifier la base juridique des règles gouvernant l'évaluation de l'espace Schengen. 
Les ministres de l'Intérieur ont également décidé jeudi 7 juin de modifier le mécanisme d'évaluation de Schengen en excluant le Parlement européen des discussions. Un comportement qualifié par Martin Schulz, Président du Parlement, de "gifle pour la démocratie parlementaire". Pour le président, cette suspension tiendra "jusqu'à ce qu'une solution satisfaisante soit trouvée sur la gouvernance de Schengen". Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a apporté son soutien au Parlement. Il "déplore profondément la décision prise récemment par le Conseil sur ses propositions concernant Schengen".
Extrait de la lettre "EuropeMidi" 
du Mouvement Européen France
 ----------------------------
Lire la suite - Un scrutin crucial attend les Grecs le dimanche 17 juin

 
 

temps libre - tourisme - voyages

 

LYFtv-Europe

Retrouvez la playlist de LYFtv sur la chaîne YouTube de LYFtv